Les fables du fascisme : fictions et représentations du fascisme dans la littérature et le cinéma italiens (1959-1989)

par Olivier Maillart

Thèse de doctorat en Arts du spectacle

Sous la direction de Laurence Schifano.

Soutenue en 2008

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette analyse de romans et de films italiens (et parfois allemands et français), apparus pour l’essentiel entre les années soixante et les années quatre-vingt, propose une nouvelle histoire du fascisme, non à travers le regard de l’historien, mais à travers celui des artistes qui ont représenté cette époque par les moyens de la fiction. En postulant une intelligence herméneutique propre à la fable (qui peut user, à la différence du discours scientifique, de l’imagination et du personnage), on a cherché à dévoiler un certain nombre d’aspects négligés de l’expérience du fascisme sous le Ventennio, expérience sensible qui appelle des moyens spécifiques : démesure épique, hantise d’un passé coupable, usages variés du thème de la décadence, monstruosité et sacrifice, dannunzianisme et pirandellisme vécus comme autant de possibilités existentielles, et non plus seulement artistiques. Cette thèse cumule donc plusieurs ambitions, puisqu’elle s’appuie sur une approche renouvelée des œuvres de fiction (et singulièrement des films de Luchino Visconti, Pier Paolo Pasolini et Bernardo Bertolucci, tout comme des romans de Curzio Malaparte, Giorgio Bassani et Elsa Morante), approche qui doit autant à Umberto Eco et Jacques Rancière qu’à René Girard et Milan Kundera, afin d’atteindre une compréhension inédite du fascisme et de l’histoire italienne.

  • Titre traduit

    Fables of fascism : fictions and representations of fascism in Italian literature and cinema (1959-1989)


  • Résumé

    This thesis analyses Italian novels and films (and also a few German and French works) from the ‘60s to the ‘80s to offer a new history of fascism: it is new because it is not based on the historians’ point of view, but on the artists’ one, using the means of fiction to represent this period. Believing that fable has a hermeneutic intelligence of its own (because unlike the scientific discourse, fable can use imagination and characters), we have tried to unveil some overlooked aspects of life during the Ventennio: epic excess, a haunting and guilty past, variation on the theme of the decadence, monstrousness and sacrifice, dannunzianism and pirandellism (lived as existential possibilities, not just artistic ones). This thesis therefore combines several ambitions: it originates in a new approach of fictional works (especially films by Luchino Visconti, Pier Paolo Pasolini and Bernardo Bertolucci, and novels by Curzio Malaparte, Giorgio Bassani and Elsa Morante), which owes to Umberto Eco as well as to Jacques Rancière, René Girard or Milan Kundera. But it also aims at a new comprehension of fascism and Italian history.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (589 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 545-587

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 08 PA10-137 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.