Le nouvel essor du cinéma britannique (1994-2004) : facteurs conjoncturels et structurels

par Cecilia Tirtaine

Thèse de doctorat en Civilisation britannique

Sous la direction de Danièle Frison.

Soutenue en 2008

à Paris 10 .


  • Résumé

    Au milieu des années 1990, le cinéma britannique était en plein essor. Les médias acclamaient les nombreux succès publics et critiques rencontrés par le cinéma britannique qui, pendant les années 1980, avait connu une période de marasme. Certains étaient cependant convaincus qu’il ne s’agissait que d’une phase qui allait s’essouffler rapidement, comme cela avait déjà été le cas par le passé. De fait, l’histoire du cinéma britannique est marquée par une succession de crises et de renaissances. Ce cinéma possédait un vivier d’artistes talentueux. Toutefois, pour que ceux-ci puissent s’épanouir et créer une diversité de films, l’argent était indispensable. Sans créativité, l’œuvre cinématographique ne peut exister. Néanmoins, pour que cette dernière puisse se concrétiser et être vue du public, elle nécessite d’importants investissements, financiers et humains, et dépend d’un système complexe. La « renaissance » du cinéma britannique ne fut donc pas imputable à une cause unique, mais l’étude de l’industrie cinématographique britannique et de son environnement permet d’apporter une explication à ce phénomène. L’étude de l’évolution des relations entre gouvernement et cinéma de la fin des années 1970 au milieu des années 2000 permet de mieux comprendre l’impact de certaines mesures gouvernementales sur le cinéma. Les mutations qui eurent lieu au sein des trois principaux secteurs de l’industrie cinématographique – production, distribution et exploitation – font partie aussi partie des facteurs essentiels qui ont contribué au nouvel essor du cinéma britannique.

  • Titre traduit

    ˜The œcircumstances that led to the revival of the British cinema from 1994 to 2004


  • Résumé

    In the mid-1990s the British cinema was thriving. The media was enthusiastic about the many successes both with the public and critics which the British cinema met, especially as it had been in a slump in the 80s. However, some were convinced that it was just a phase which would soon run out of steam as had already happened before. Actually, the history of British cinema shows a succession of crises and rebirths. It had a pool of talented artists, but, for these to be able to blossom and create a great variety of films, it could not do without money. A film cannot exist if there is no creativity. However, in order for the film to materialize and be seen by the public, it relies on big investment, both financial and human. It also depends on a complex system. The renaissance of the British cinema is therefore not due to one factor but studying the British film industry and its environment helps to explain this phenomenon. Examining how the relationship between government and film from the late 70s to the mid-2000s helps one to better understand the impact of some government policies on the cinema. The changes that took place in the three main sectors of the film industry – production, distribution and exhibition – are also among the essential factors which contributed to the new rise of the British cinema.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (731)
  • Annexes : Bibliogr. p. 645-710

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 08 PA10-89 (1-2)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.