Les relations entre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le gouvernement suisse (1938-1945)

par Isabelle Vonèche Cardia

Thèse de doctorat en Histoire du monde contemporain

Sous la direction de Annette Becker et de Henry Rousso.

Soutenue en 2008

à Paris 10 .


  • Résumé

    Depuis sa fondation en 1863, le CICR a entretenu des relations privilégiées avec la Suisse et son gouvernement, basées sur la doctrine et la pratique de la neutralité et sur la perception d'une communauté de destin entre l'institution humanitaire et la Confédération helvétique. Une telle perception, ainsi que l'adhésion à des valeurs politiques communes ressortent de manière particulièrement accentuée pendant la Seconde Guerre mondiale, époque à laquelle le CICR et la Suisse jouent leur survie. Ceci a conduit certains historiens à soutenir que l'institution genevoise a été manipulée par le gouvernement suisse, notamment lors de son silence face aux déportations nazies. S'appuyant largement sur des archives et des entretiens avec certains personnalités de l'époque, cette thèse examine les relations entre le CICR et le gouvernement suisse sur le plan des institutions, des interactions personnelles, des processus de prise de décision et des actions humanitaires menées sur le terrain. Elle montre la complexité des rapports entre le CICR et le gouvernement suisse, les rivalités qui ont éclaté, mais aussi le caractère négocié de leurs choix concrets. Surtout, elle met en question la thèse de la manipulation gouvernementale. Confronté à la Shoah, le Comité définit son attitude en tenant compte de divers critères : la sauvegarde de la neutralité et de l’impartialité, essentielles pour son identité et ses possibilités d’action ; le maintien de relations avec les belligérants telles qu'elles puissent assurer la continuité de son travail ; les probabilités de faire une différence pratique ou symbolique ; l’image du CICR en tant qu’autorité morale. Au-delà du problème du silence du CICR face aux déportations, ces critères se combinent avec l’histoire des choix précédents du Comité, la poursuite des valeurs ultimes de l’institution et une attitude systématiquement légaliste pour donner lieu à une délicate symbiose entre le CICR et le gouvernement

  • Titre traduit

    The relations between the International Committee of the Red Cross (ICRC) and the Swiss Government (1938-1945)


  • Résumé

    Since its creation in 1863, the ICRC has maintained a special relationship with Switzerland and its government, based on the pursuit of neutrality and on the perception of a common destiny. Such a perception and the adherence to shared political values were particularly strong during World War II, when the survival of the ICRC and Switzerland was at stake. This has led some historians to argue the ICRC was manipulated by the Swiss government, and that such manipulation explains the former’s silence concerning Nazi deportations. Largely based on archives and interviews with individuals who played a role at the time, the present thesis examines the relations between the ICRC and the Swiss government from the points of view of the institutions, interpersonal connections, decision-making processes, and humanitarian actions. It demonstrates the complexity of those relations, including rivalries and the negotiated character of concrete choices. Above all, it questions the government manipulation thesis. Faced with the Holocaust, the ICRC defined its attitude on the basis of several criteria. It had to safeguard neutrality and impartiality, both essential for its identity and conditions of possibility of its action, ensure the continuity of its work by maintaining good relations with the belligerents, make a practical or symbolic difference, and preserve its status as a moral authority. Beyond the issue of its silence about the Holocaust, those criteria combined with the history of the ICRC’s earlier choices, the pursuit of the institution’s ultimate values, and a systematically legalistic attitude to bring about its symbiosis with the Swiss government

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par SHSR à Lausanne

Neutralité et engagement : les relations entre le comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le gouvernement suisse 1938-1945


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (391 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 325-349

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 08 PA10-77 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2008PA100077
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2012 par SHSR à Lausanne

Informations

  • Sous le titre : Neutralité et engagement : les relations entre le comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le gouvernement suisse 1938-1945
  • Dans la collection : Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire de la Suisse romande , tome XII
  • Détails : 1 vol. (279 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. [246]-270. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.