Frontières et territoires en Grande Grèce : archéologie et histoire des représentations

par Airton-Brazil Pollini Junior

Thèse de doctorat en Histoire et archéologie des mondes anciens

Sous la direction de Agnès Rouveret.

Le président du jury était Michèle Brunet.

Le jury était composé de Agnès Rouveret, Michèle Brunet, Pedro Paulo A. Funari, Pierre Carlier, Angela Pontrandolfo Greco.

Les rapporteurs étaient Michèle Brunet, Pedro Paulo A. Funari.


  • Résumé

    La frontière d’une cité grecque coloniale en Italie méridionale est abordée par l’utilisation de plusieurs types de sources et par l’utilisation de concepts modernes. La première partie est consacrée à une discussion bibliographique et méthodologique à propos des études du territoire et de la frontière dans le monde grec. La deuxième partie porte sur la définition que les Grecs pouvaient avoir de la frontière d’une cité coloniale, aussi bien les signes matériels que le témoignage littéraire en ce qui concerne la conception de la frontière et son imaginaire. La frontière entre deux cités était conçue de manière plus précise que les rapports de voisinage entre les Grecs et les indigènes. Finalement, dans la troisième partie sont analysées les données des cités coloniales, notamment l’exemple de Poseidonia. L’examen minutieux de la totalité des sites de son territoire a été poursuivi dans le contexte plus large de nos connaissances sur les cités achéennes de Grande Grèce Sybaris et Métaponte. Nous avons pu conclure que la frontière est une construction chronologique qui a lieu à partir de la fin du VIIe siècle et atteint son point culminant au Ive avant notre ère.

  • Titre traduit

    Frontiers and territories in Magna Graecia : archaeology and history of representations


  • Résumé

    The frontier of a colonial Greek city is approached by the use of several types of documentation and by the use of modern concepts. The first part is dedicated to a discussion of the bibliography and methodology about the study of the territory and the frontier in the Greek world. The second part concerns the definition Greeks could have of the frontier of a colonial city, both the material culture and the literary evidence related to the conception of a frontier and its representation. The frontier between two cities was conceived in a more precise manner than the relations of neighborhood between Greeks and natives. Eventually, in the third part, data from colonial cities, mainly Poseidonia, is analyzed. The consideration of the totality of the sites in its territory was pursued in the larger context of our knowledge on Achaian cities Sybaris and Metapontum. We could come to the conclusion that the frontier is a chronological construction which takes place progressively from the end of 7th century to reach its culminant point in the 4th century BCE.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.