Dépression : affect central de la modernité

par Cinzia Crosali Corvi

Thèse de doctorat en Psychanalyse

Sous la direction de Pierre-Gilles Guéguen et de Pietro Barbetta.

Soutenue en 2008

à Paris 8 .


  • Résumé

    Depuis la fin du XXème siècle la dépression constitue un diagnostic très répandu dans le champ de la santé mentale. Tout le monde peut à un moment donné de sa vie se dire déprimé. Cette catégorie clinique « continuiste » recouvre cependant des tableaux cliniques très différents. Pour la psychanalyse la dépression n’est pas une maladie biologique, elle n’est pas non plus un symptôme, mais un affect. Elle découle de la difficulté pour chaque sujet de mettre en résonance le signifiant avec la jouissance, de conjuguer le symbolique avec le réel. Elle signale un débranchement d’avec le discours, donc d’avec le lien social. La dépression a des liens étroits avec l’angoisse puisque l’état dépressif exprime le retrait du sujet face à l’angoisse et au surgissement de l’objet qui cause son désir. Désarrimé de l’objet, le sujet n’arrive plus à saturer sa jouissance par son symptôme. Seul un diagnostic différentiel des états dépressifs permet une pratique clinique tenant compte de la structure de chaque sujet. La boussole de cette clinique de l’affect dépressif est « l’objet cause du désir », à distinguer de l’objet du désir. Loin d’un objectif de normalisation, le traitement psychanalytique des sujets, définis par le discours moderne comme « déprimés », valorise la potentialité de chacun vers des solutions inédites et particulières à chaque sujet.

  • Titre traduit

    Depression : a central affect of "modernity"


  • Résumé

    Since the end of the 20th century depression is a very widespread diagnosis in the field of mental health. Anyone, at any time of their life, can call themselves depressed. However, this “continuistic” clinical category conceals very different clinical registers. For psychoanalysis, depression is not a biological illness, nor is it a symptom, but an affect. It stems from a difficulty in the subject, of making the signifier resonate wit jouissance, to conjugate the symbolic with the real. It signals a disconnection from discourse and thus from the social link. Depression is closely linked with anxiety because a depressive state expresses the subject’s recoiling from anxiety and the emergence of the object that causes his desire. Unanchored from this object, the subject can no longer saturate his jouissance with his symptom. Only a differential diagnosis of depressive states allows for a clinical practice that takes the structure of each subject into account. The compass of this clinic of the depressive affect is ‘the object cause of desire’, to be distinguished from the object of desire. Far from the objective of normalisation, the psychoanalytic treatment of subjects said to be ‘depressed’ in the modern discourse, rather values every person’s potential, aiming towards original solutions, specific to each subject.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

La dépression : affect central de la modernité


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (523 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 507-523

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH 3217
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2010 par Presses universitaires de Rennes à Rennes

Informations

  • Sous le titre : La dépression : affect central de la modernité
  • Dans la collection : Clinique psychanalytique et psychopathologie
  • Détails : 1 vol. (366 p.)
  • ISBN : 978-2-7535-1076-0
  • Annexes : Bibliogr. p. [351]-361. Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?