Effets des champs électromagnétiques sur le comportement : le stress oxydant et le métabolisme oxydatif cérébral chez le rat

par Mohamed Ammari

Thèse de doctorat en Toxicologie Chimie des surfaces et interfaces

Sous la direction de René de Sèze et de Mohsen Sakly.

Soutenue en 2008

à Paris 7 en cotutelle avec Faculté des sciences de Bizerte , en partenariat avec Faculté des sciences de Bizerte (Tunisie) (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'exposition aux champs électromagnétiques a pris dans les dernières décennies une ampleur importante. En parallèle, de nombreux troubles de santé dans la population ont été attribués à ce facteur non perceptible et mal connu. Le système nerveux central est l'organe coordinateur des informations périphériques, et si une sensibilité aux champs électromagnétiques existe, elle a de fortes chances de se manifester sur ce système. Le but de ce travail a été d'étudier dans un premier temps l'influence de deux types de champs électromagnétiques, un champ magnétique statique et un champ radiofréquence de type GSM 900 MHz, sur le comportement chez le rat (anxiété, mémoire, processus de rappel et l'attention). Ensuite, des effets biologiques d'une exposition à un signal GSM 900 MHz à des débits d'absorption spécifique de 1,5 et 6W/Kg ont été recherchés au niveau du système nerveux central : stress oxydant, métabolisme oxydatif et évolution des cellules gliales. Nos résultats montrent qu'une exposition sub-aiguë à un champ magnétique statique de 128 mT n'induit pas de perturbation du comportement émotionnel et du processus de rappel chez le rat, malgré une tendance à une diminution des performances. De même, une exposition sub-chronique (2 mois) et chronique (6 mois) "tête seule" à un signal GSM n'induit pas de perturbation de l'apprentissage et de la mémorisation des rats à long terme. Par contre l'exposition à un signal GSM 900 MHz (DAS de 6 W/Kg) induit : i) une perturbation de l'activité des enzymes antioxydantes ii) une modification de l'activité cérébrale et une modification de l'activité de la cytochrome C oxydase iii) l'apparition d'une astrogliose réactionnelle au niveau cérébral chez les rats exposés. Cette astrogliose peut être associée à des dommages neuronaux sous-jacents. Compte tenu des différences morphologiques entre les rats et les humains, le DAS calculé chez un individu tel que défini dans les recommandations et les normes, serait égal à quatre fois le DAS moyenne sur le cerveau du rat, ce qui rend l'extrapolation de ces résultats à l'homme rassurante.

  • Titre traduit

    Effect of electromagnetic fields on behavior : oxidative stress and regional brain variation of cytochrome oxidase activity in rats


  • Résumé

    Exposure to electromagnetic fields has arisen in recent decades a large concern. In parallel, many symptoms experienced by some people have been attributed to this factor. The central nervous System is the most integrative tissue for information, and if a sensitivity to electromagnetic fields exists, it is likely to manifest itself on this System. The aim of this work was to study as a first step the effect of two types of electromagnetic fields, a static magnetic field and a radio frequency GSM 900 MHz, on the behavior in rats (anxiety, memory and attention). Then, biological effects of exposure to GSM 900 MHz signal to specific absorption rates of 1. 5 or 6 W/Kg were sought in the central nervous System: on oxidative stress, on oxidative metabolism and on glial cells. Our results show that sub-acute exposure to a static magnetic field of 128 mT did not disturb emotional behavior and recall process in rats, despite a trend towards a decrease in performance. Similarly, a sub-chronic (2 months) and chronic (6 months) "head only" exposure to GSM signal did not disturb learning and memory in rats. However, exposure to GSM 900 MHz signal (DAS 6 W/kg) induced: i) a disturbance of the antioxidant enzymes activity ii) a change in neuronal activity by a change in the activity of the cytochrome c oxidase iii) a reactive astrogliosis (increased GFAP expression) in the brain of exposed rats. Astrogliosis may be associated with underlying neuronal damage. Given the morphological differences between rats and humans, the SAR calculated from an individual as defined in the recommendations and standards, would be equal to four times the average SAR in the rat brain, making the extrapolation of these results to humans reassuring.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (208 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Réf. bibliogr. p.189-201

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MFTH 9742
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2008) 118

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 2008PA077118
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.