La protéine OAS3 de la voie interferon inhibe la réplication du virus chikungunya dans les cellules humaines

par Anne-Claire Brehin

Thèse de doctorat en Microbiologie et virologie

Sous la direction de Philippe Desprès.

Soutenue en 2008

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    OAS3 protein of the interferon pathway inhibits chikungunya virus replication in human cells


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Chez l'Homme, l'infection par le virus chikungunya (CHIK), un membre du genre Alphavirus de la famille des Togaviridae, se manifeste classiquement par des arthralgies aiguës. La flambée inattendue de fièvre chikungunya dans les îles de l'Océan Indien en 2006 mis en exergue la nécessité de comprendre la pathogénie de cette maladie peu étudiée. La caractérisation moléculaire de plusieurs isolats cliniques collectés sur l'Ile de La Réunion mis en évidence l'émergence du variant viral E1-226V associé à l'adaptation au vecteur Ae. Albopictus. Pour poursuivre cette caractérisation, nous avons produit des outils spécifiques pour la détection du virus CHIK comme une forme soluble de la glycoprotéine d'enveloppe E2 (gp-E2) ainsi que des anticorps monoclonaux murins spécifiques de la gp-E2 du virus. Chez les individus infectés par les alphavirus dont le virus CHIK, l'infection virale est contrôlée par l'IFN-α/β. Qui stimule la production d'un ensemble de molécules antivirales. Nos travaux suggèrent qu'une famille de ces gènes, les 2',5'-Oligoadenylate Synthétases (OAS), joue un rôle primordial dans l'immunité innée anti-arbovirale. Nous avons étudié si l'isoforme OAS3 humaine joue un rôle contre l'infection par le virus CHIK. Les cellules épithéliales humaines surexprimant l'OASS inhibent efficacement la croissance du virus CHIK aussi bien que d'autres alphavirus comme les virus Sindbis et Semliki Forest. Cette activité anti-alphavirale empêche l'accumulation des ARN viraux et des protéines virales. En conclusion, l'activité de la protéine OAS3 représente une importante voie anti-alphavirale par laquelle l'IFN-α/β contrôle l'infection du virus CHIK dans les cellules humaines.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (311 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 675 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2008) 082
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.