Epidémiologie et variabilité génétique des virus HTLV-1 et HHV-8 dans l'archipel du Vanuatu : contribution à l'étude des migrations humaines en Mélanésie

par Olivier Cassar

Thèse de doctorat en Microbiologie et virologie

Sous la direction de Antoine Gessain.

Soutenue en 2008

à Paris 7 .


  • Résumé

    Ce travail aborde l'epidemiologie descriptive et moleculaire de l'infection par l'htlv-1 et l'hhv-8 au vanuatu en melanesie. A partir de 4 500 individus nous avons identifie 4l nouvelles souches htlv-1 appartenant au sous-type c melanesien, demontre pour la premiere fois la presence de l'htlv-1 au vanuatu et confirme l'endemie en melanesie, puisque le virus etait present en papouasie nouvelle-guinee (png), dans les îles salomon et en australie. La seroprevalence globale htlv-l (0,62%) augmente avec l'age et la transmission du virus persiste au sein de foyers familiaux dans au moins 3 iles de l'archipel. L'analyse phylogenetique d'une portion du gene d'enveloppe revele que les souches du vanuatu sont plus proches des souches des salomon que de png ou d'australie et une analyse d'horloge moleculaire suggere que les souches du vanuatu et des salomon ont emerge a partir d'un ancetre commun il y a 10 000 ans. Apres la decouverte d'un variant moleculaire du sous-type d « asie-pacifique » chez un polynesien originaire de l'ile de wallis, nous avons mis en evidence l'endemie de l'hhv-8 (45% dans la population agee du vanuatu (>65 ans) et la circulation du virus au sein de 13 familles. La variabilite du gene kl, montre que les 30 sequences se repartissent au sein du sous-type d selon 3 clades distincts et temoignent d'une origine a la fois « polynesienne », « taïwanaise » ou « australienne » des souches. Cette repartition reflete l'origine multiple des ancetres des habitants du vanuatu et doit etre confrontee a des donnees concernant le fond genetique (adn mitochondrial et chromosome y) des populations infectees, afin de mieux comprendre l'origine du peuplement de cette region.

  • Titre traduit

    Epidemiology and genet1c variability of htlv-1 and hhv-8 in vanuatu archipelago : virological and molecular tools for studying human dispersal patterns into melanesia


  • Résumé

    In this study we demonstrate, for the first time, by molecular analysis the presence 0f htlv-1 genome in 41 htlv-1 seropositive vanuatu inhabitants. The sequence analysis clearly showed that these strains belong to the divergent molecular subtype c. These htlv-1 variants should be representative of the strains present in whole vanuatu population. Molecular clock analysis showed that these strains were probably introduced during ancient migration of the original settlers, 10 000 years ago. We also show human herpesvirus 8 with diverse molecular subtype d variants to be highly endemic among the vanuatu populations. Most kl genes were nearly identical to polynesian strains, although a few clustered with australian or taiwanese strains. Taken together, these results suggest diverse origins of the vanuatu populations and raise questions about the ancient human population movments in melanesia. Further molecular studies about mitochondrial dna of the infected populations are now ongoing and well help us to reconstruct the patterns of human dispersal into oceania

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (214 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 917 réf.

Où se trouve cette thèse ?