Pénélope et Antigone : du mythe féminin à la place de la femme

par Monique Variéras

Thèse de doctorat en Psychopathologie fondamentale et psychanalyse

Sous la direction de Max Kohn.

Soutenue en 2008

à Paris 7 .


  • Résumé

    Pénélope et Antigone, deux faces indissociables du féminin. A partir du poème d'Homère (vers 850 av. J. C. ), et de la tragédie de Sophocle (entre 496 et 494-406 av. J. C. ), ces deux figures mythiques et exemplaires rencontrent la psychanalyse. En appui aux textes de Freud (1856-1939), et de Lacan (1901-1985), l'étude dénoue les incompréhensions et les impasses, à la fois originelles et actuelles de notre temps : de la dissociation entre pensée et action, entre le pouvoir et la responsabilité, de la rencontre problématique de l'homme et de la femme à cause du « non rapport sexuel ». Pénélope par sa ruse interroge la texture féminine de l'attente, et par son tissage la forme féminine de la parole. Trame et drame de sa vie, la seule certitude de la femme, est que son attente peut être sans objet. À ce point d'assurance se fixe le refus. C'est un choix qui implique la mort. Fantasme d'un tissage infini, tissage sans chiffrage, la femme sait moins d'un temps chronologique que d'un temps logique. Antigone fascine les hommes et parle aux femmes. Sa fascination tient à son acte et à la limite où elle se campe, entre la vie et la mort. Antigone, la femme l'éprouve, comme elle éprouve les lois non écrites. Elle se révolte lorsque les lois humaines dérivent au nom du Souverain Bien confondu avec le désir criminel. S'il n'y a pas de signifiant universel pour Lα femme, qui la fonde « pas toute », Antigone se présente comme signifiant du pur désir, qui est un désir de mort. Antigone et Pénélope affirment une vérité individuelle contre le pouvoir humain où l'oubli semble constitutif du politique. Ayant en commun : l'excès, la solitude, elles sont garantes d'une mémoire infaillible.

  • Titre traduit

    Penelope and Antigone : From the feminine myth to the place of woman


  • Résumé

    Penelope and Antigone, two inseparable faces of the feminine. From Homer's poem (850 B. C. ) to Sophocles' tragedy (between 496 and 494-406 B. C. ) two mythical and exemplary figures meet psychoanalysis with the help of Freud's (1856-1939) and Lacan's (1901-1985) texts to unravel the misunderstandings and dead ends of the problematic meeting of man and woman because of the "nonsexual relationship". Both original and well-printed in our time they dissociate thinking and action, power and responsibility. With her guile Penelope questions the feminine texture of waiting and with her weaving the feminine form of speaking. The fabric and drama of her life, the only certainty of woman is her waiting can be objectless. To this anchor is set her refusal. It is a choice which implies death. Phantasm of an infinite weaving, weaving without numbering, woman knows less from a chronological time than from a logical time. Antigone fascinates men and relates to women. Her fascination comes from her act and the limit where she stands, between life and death. Woman feels Antigone as she feels non-written laws. She rebels when human laws deviate in the name of the "Souverain Bien", mistaken with criminal desire. If there is no universal signifier for Lα woman, which founds her "pas toute", Antigone presents herself as a signifier of pure desire, which is a desire of death. Antigone and Penelope assert an individual truth against human power where oblivion seems to be part of politics. Having excess and solitude in common they guarantee a flawless memory.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (272 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 261 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TS (2008) 086

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11374
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.