Les Parisiennes en 1939-1940, de l'évacuation à l'exode : un quotidien inédit

par Audrey Bellec

Thèse de doctorat en Sociétés occidentales. Temps, espace et civilisations

Sous la direction de Gabrielle Houbre.

Soutenue en 2008

à Paris 7 .


  • Résumé

    L'exode de mai et juin 1940 constitue l'événement populaire majeur de la Seconde Guerre mondiale en France, même si son existence a longtemps été laissée dans l'ombre car il est considéré comme le symbole de la débâcle. Le but de cette étude est avant tout de faire une relecture sociale de ces événements trop souvent analysés par le biais unique de l'histoire militaire ou politique et d'y ajouter une dimension sexuée afin de prouver que les femmes en sont les actrices principales. Les femmes, les enfants et les vieillards constituent en effet le terreau de cette population prise de panique qui se met en marche, prenant la fuite par peur de l'avancée allemande. Les années 1939 et 1940 sont, pour les Parisiennes notamment, synonymes de déplacements incessants (évacuations organisées, déplacements volontaires ou exode dans l'urgence) au rythme de l'évolution du conflit qui se déroule contre l'Allemagne. Elles se retrouvent alors propulsées malgré elles sur le devant de la scène, ayant à faire face dans l'urgence à une situation inédite, où tous les repères sociaux traditionnels sont anéantis, où leurs responsabilités sont décuplées et où la vie ou la survie d'enfants et de vieillards dépendent uniquement d'elles. Pour un temps dont elles ignorent encore la durée, des millions de femmes deviennent alors chefs de famille dans cette aventure inédite. Des évacuations aux rapatriements en passant pas la dure expérience de l'exode, elles vont devoir affronter une nouvelle réalité, un nouveau quotidien.

  • Titre traduit

    Parisian women in 1939-1940 : from evacuation to exodus, a new daily life


  • Résumé

    The May-June 1940 exodus represents the major popular event of the Second World War in France. Its existence has long been left in the dark as it is considered to be the symbol of defeat. The main aim of this study is to provide a social reading of events which have so far mostly been analysed from a military or politico-historical point of view. This study adds a gender dimension to the problem, showing that women were in fact the main actor of that event. Women, children and the elderly constituted the core of the frightened population that fled the German troops. In 1939-1940, the parisiennes are in constant motion: evacuated, expelled, choosing to move on, forced into emergency exodus, etc. The urgency and the direction of their movement depends on the current state of the conflict that opposes France and Germany. In spite of themselves, women find themselves on the forefront of the war, having to face a situation unheard of all social points of reference are gone, their responsibilities tenfold, their children and their elders in their charge. Millions of women become heads of family for an unknown period of time. They face a new reality: evacuation, exodus and repatriation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (457 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 375 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2008) 055

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11042
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.