La autotraducción literaria : traducibilidad, fidelidad, visibilidad : Análisis de las autotraducciones de Agustín Gómez-Arcos y Jorge Semprún

par Patricia López López-Gay

Thèse de doctorat en Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Claude Viot-Murcia et de Francesc Parcerisas.

Soutenue en 2008

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Literary self-translation : translatability, faithfulness and visibility : An analysis of Agustin Gomez-Arcos and Jorge Semprun's self-translations


  • Pas de résumé disponible.

  • Titre traduit

    = L'autotraduction littéraire : traductibilité,traduisibilité, fidélité, visibilité : analyse des autotraductions d'Agustin Gomez Arcos et de Jorge Semprun


  • Résumé

    Ce travail offre une lecture critique d'écrits actuels autour de Pautotraduction, et justifie l'étude de cette dernière au sein de l'espace pluriel de la traduction. Par la suite sont présentés deux cas d'autotraduction contemporaine : Federico Sanchez vous salue bien, de Jorge Semprun, et Un oiseau brûlé vif, d'Agustin Gomez-Arcos, écrits et publiés d'abord pour le lecteur français, et par la suite pour le lecteur espagnol. L'autotraduction littéraire n'est pas un retour innocent à la genèse créatrice. Ce qui est exceptionnel dans l'autotraduction, c'est l'autorité détenue par les autotraducteurs en tant qu'auteurs, voire la liberté dont ils bénéficient face aux normes et aux usages communs de la traduction dans un contexte historique donné, et dans les limites que connaît toute traduction. Dans les mots de l'herméneutique contemporaine de Paul Ricœur, l'auteur qui traduit ses propres écrits oscille, comme tout traducteur, entre réappropriation (application du texte au présent de la récriture) et désappropiation (reproduction de la distance culturelle et de la distance de ce qui a déjà été fixé par l'écriture). La réflexion théorique autour de l'autotraduction peut s'articuler sur les notions de traduisibilité, de fidélité et de visibilité. Du point de vue socioculturel, il est intéressant d'explorer ce qui est posé comme traduction et ce qui ne l'est pas, parfois pour des raisons idéologiques. Par l'autotraduction peuvent également s'accomplir de nouvelles formes de mise en lumière du traducteur et de la traduction en-tant-que-texte que proclame Lawrence Venuti.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (444 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : 218 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2008) 032

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 10970
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.