Figures du vide et du plein dans l'oeuvre de Philip Roth

par Steven Sampson

Thèse de doctorat en Langue et cultures des sociétés anglophones

Sous la direction de Martine Chard-Hutchinson.

Soutenue en 2008

à Paris 7 .

  • Titre traduit

    Figures of emptiness and wholeness in the work of Philip Roth


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'œuvre de Philip Roth est construite autour d'oppositions entre des figures du vide et des figures de la plénitude. Elle constitue une métaphore de la condition du juif, foncièrement en manque car privé de son héritage culturel, religieux, et linguistique. L'univers vide évoqué par Roth est ainsi peuplé de « personnages plats », d'archétypes, dont le Schlemiel, figure héritée de la littérature yiddish. La quête de la plénitude engage non seulement les personnages mais également auteur et lecteur. Qui se trouvent mêlées à des récits où s'abolissent toutes les frontières. Tout ce qui reste au juif de sa judéité est son corps, qui porte la marque de ses origines de par sa circoncision. Ce corps mourant cherche alors la transcendance à travers l'écriture en tentant d'unir le verbe et la chair, en faisant de l'œuvre une métaphore des évangiles, et en muant l'auteur en symbole du christ - qui devient, en fin de compte, la figure ultime du juif.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (486 f.)
  • Annexes : 305 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TL (2008) 022
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.