Événements immunologiques et physiologiques au stade pré-érythrocytaire de Plasmodium

par Nadya Depinay

Thèse de doctorat en Immuno-parasitologie

Sous la direction de Laurent Renia.

Soutenue en 2008

à Paris 6 .


  • Résumé

    Le cycle biologique de Plasmodium chez son hôte vertébré comprend deux stades : le stade pré-érythrocytaire qui englobe les sporozoïtes, la forme infectieuse injecte par le moustique, et la phase hépatique, et le stade érythrocytaire qui a lieu dans le sang. L’immunité naturelle ou induite après immunisation contre le stade pré-érythrocytaire est très complexe et est mediée par les anticorps, les cellules T, et les cytokines que ces derniers sécrètent après reconnaissance des antigènes parasitaires. Diverses études ont mis en évidence un effet inhibiteur des cytokines, comme l’interféron (IFN)-γ, Interleukine (IL)-1 et IL-6 sur le développement hépatique de différentes espèces de Plasmodium, in vitro et in vivo. Cependant, selon le système cellules hôtes/espèce de parasite étudiées, des effets contradictoires ont été observés, en particulier pour le TNF-alpha. En effet, des études précédentes ont montré que le TNF- alpha humain inhibe le développement intra-hépatique de Plasmodium berghei dans des hépatomes humains. Par opposition, le TNF-alpha murin lui n’a pas d’effet sur le développement du parasite de même parasites dans des hépatocytes de souris. Ceci nous a conduit à postuler que différents paramètres (cellules hôtes, origine de la cytokine, espèces parasitaires) peuvent conduire à des résultats complètement opposés ne permettant pas de définir le rôle exact de ces cytokines contre la phase hépatique de Plasmodium. Nous avons donc, lors de ce travail de thèse, essayé de clarifier le rôle de TNF-alpha sur la phase hépatique de Plasmodium, en fonction des différents paramètres décrits plus haut. Ce travail nous a permis de tester la relevance des différents modèles in vitro et de démontrer que le TNF-alpha est un puissant inhibiteur du développement hépatique de P. Falciparum dans les primo-culture d’hepatocytes humains, contrairement à ce qui est observe pour les parasites de rongeurs cultives dans des cellules de rongeurs. Nous avons de même étudié les effets inhibiteurs d’une cytokine de la famille que le TNF-alpha, le TNF-beta ou lymphotoxine. Nous avons pour la première fois décrit une rôle inhibiteur pour cette cytokine dans le développement intra-hépatique de Plasmodium. Le deuxième sujet développé durant cette thèse, a porté sur la physiologie du sporozoïte. Il est connu que l’infectivité des sporozoites disséqués de moustiques infectés est abolie après 30 mn d’incubation in vitro à 37 C. Cependant in vivo, après piqûre par le moustique un pourcentage non négligeable de sporozoïtes restent dans la peau et peuvent même après 24 heures infectés le foie. Ceci suggèrent qu’il existent in vivo des signaux permettant la survie du sporozoïte. Nous avons donc mis au point de nouvelles techniques d’études utilisant des parasite exprimant la protéine GFP pour pouvoir quantifier la viabilité des sporozoïtes en terme d’intégrité membranaire, de métabolisme, de capacité à infecter des souris après différentes conditions en présence ou en absence de cellules. Ceci nous a permis de mettre en évidence que l’infectivité des sporozoïtes est un processus complexe dépendant de l’interaction du parasite avec son milieu extérieur et les cellules avec lesquelles il interagit.

  • Titre traduit

    Immunological and physiological events at pre-erythrocytic stage of Plasmodium


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([204] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 138-176. 475 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2008 431
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.