Mortalité maternelle : mesures, causes et déterminants liés aux pratiques obstétricales

par Catherine Deneux-Tharaux

Thèse de doctorat en Épidémiologie

Sous la direction de Marie-Hélène Bouvier-Colle.

Soutenue en 2008

à Paris 6 .


  • Résumé

    La mortalité maternelle demeure un indicateur fondamental de santé maternelle dans les pays développés. Une stratégie cohérente de réduction de la mortalité maternelle doit être fondée sur un indicateur fiable. Les statistiques de mortalité maternelle disponibles ne permettent pas des comparaisons valables entre pays, en raison de l’hétérogénéité des méthodes de surveillance et des définitions. La première partie du travail de thèse avait pour objectif de comparer le niveau et les causes de mortalité liée à la grossesse (MLG) dans 2 pays européens, France et Finlande, et 2 états des Etats-Unis, Massachusetts et Caroline du Nord, et d’examiner les limites des statistiques officielles. Une méthode commune et améliorée d’identification et de classement des morts associées à la grossesse a été utilisée pour 1999-2000. Les taux révisés de MLG variaient de 7. 9 en Finlande à 15. 5 en Caroline du Nord pour 100000 naissances vivantes. La sous-estimation de la mortalité liée à la grossesse par les statistiques de routine variait de 22% en France à 93% au Massachusetts. La répartition des causes de MLG variait selon les régions. Cette étude montre les limites des statistiques officielles de mortalité maternelle. Au delà des taux de MLG, la comparaison des profils de causes de MLG, entre régions de développement comparable, permet d’orienter les stratégies préventives et les recherches ultérieures. Une meilleure compréhension des facteurs augmentant le risque de mortalité maternelle est fondamentale dans une optique de prévention de cet évènement tragique et potentiellement des évènements morbides sévères d’amont. Il parait particulièrement intéressant d’examiner les facteurs de risque de mortalité maternelle liés aux pratiques obstétricales, d’une part parce que ces pratiques sont susceptibles d’être modifiées, et d’autre part en raison des bouleversements qui se produisent actuellement en obstétrique. Dans le cadre de ce travail de thèse, l’étude de l’association entre l’accouchement par césarienne et la mortalité maternelle a été privilégiée en raison de l’inflation de cet acte. Une étude cas/témoins en population a été menée. Les cas ont été sélectionnés à partir des décès de l’enquête confidentielle sur les morts maternelles pour la période 1996-2000. L’échantillon témoin a été identifié à partir de l’enquête nationale périnatale de 1998. Après ajustement sur les facteurs de confusion potentiels, l’accouchement par CS était associé à un risque de MMPP multiplié par 3 par rapport à la voie basse, sans différence entre les CS prepartum ou intrapartum. La CS était associée à un risque significativement augmenté de MMPP par complication de l’anesthésie, infection et thromboembolie veineuse. Encore maintenant, l’accouchement par CS est associé à un risque accru de mort maternelle du postpartum. Cet élément doit être pris en compte lors du choix de la voie d’accouchement pour chaque femme. La connaissance des causes impliquées dans cet excès de risque peut aider à la mise en oeuvre de stratégies de prévention lors des CS.

  • Titre traduit

    Maternal mortality : measure, causes and determinants related to obstetrical practices


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([153] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 112-119. 146 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2008 33
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.