Rôle des copépodes dans le réseau trophique pélagique : dynamique de population de Temora stylifera

par Lama Aldamman

Thèse de doctorat en Océanologie biologique et environnement marins

Sous la direction de Paul Nival.

Soutenue en 2008

à Paris 6 .


  • Résumé

    Au cours de leur développement les copépodes passent par plusieurs stades larvaires (nauplius) puis juvéniles (copépodites). La mue qui détermine le changement de stade, de forme et de longueur ou de poids, fixe une limite nette à chaque stade et permet l'étude des caractéristiques de leur dynamique de population. L'espèce Temora stylifera a été prise comme modèle et plusieurs cohortes ont été élevées au laboratoire. Différents aspects de la biologie de cette espèce ont été abordés. L'étude de la nutrition des adultes a permis de mettre en évidence pour plusieurs espèces de microphytes la concentration optimale de nourriture au dessus de laquelle le taux d'ingestion plafonne. Cette dernière valeur exprimée en terme de biovolume de nourriture semble être une constante de l'espèce, indépendante du type de nourriture. L'efficacité de capture est faible pour les particules de taille inférieure à 6 m (diamètre sphérique équivalent) alors qu'elle est plus élevée pour une taille supérieure à 10 m. Le dénombrement des individus de différents stades de développement, au cours du temps a permis d'établir ou de préciser la durée des stades, le temps de génération. Plusieurs cohortes avec différentes nourriture (quantité et qualité-espèces) et différentes températures ont été suivies. Nous avons montré que la taille des individus se développant lentement (retardés) est plus faible que celle de ceux qui se développent rapidement (avancés). Ce phénomène conduit à un étalement dans le temps de l'apparition des adultes. La température de l'élevage influence la durée des stades mais aussi fortement le sex ratio. En conséquence les femelles dominent lorsque la température tend vers 24°C. En revanche, le développement des nauplii est arrêté à 10°C. Compte tenu de la variation de la température moyenne dans la couche superficielle de la rade de Villefranche-sur-mer nous suggérons que T. Stylifera a 9 générations dans l'année. L'étude de la reproduction a révélé l'influence de l'âge de la femelle au moment de l'accouplement. Si l'accouplement intervient plus de 12 jours après la mue imaginale la production d'oeufs devient négligeable. Ce phénomène a des conséquences pour la survie de l'espèce dans les conditions naturelles lorsque l'abondance de l'espèce est faible pendant les périodes défavorables. Un effet Allee peut apparaître dans ces conditions. La variation de l'abondance de Temora stylifera dans la rade de Villefranche au cours de l'année (avril 2003 à avril 2004) suggère l'influence des prédateurs. L'utilisation du compteur automatique Zooscan a permis de caractériser, d'une part, le spectre de taille dans le peuplement de copépodes sur des échantillons quotidiens et, d'autre part, de suggérer que l'interactions avec leurs prédateurs et leurs compétiteurs peut expliquer leur variations d'abondances ainsi que celles de Temora stylifera en automne 2003.

  • Titre traduit

    Role of copepods in the pelagic food web : population dynamics of Temora stylifera


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ([353] f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 136-153. 350 réf. bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Sciences de la Terre Recherche - cartothèque - CADIST.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : T Paris 6 2008 4
  • Bibliothèque : Observatoire océanologique. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : B IX b / ALD / r
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.