La résistance aux antibiotiques chez les Salmonella non-Typhi : prévalence, mécanismes et épidémiologie moléculaire

par François-Xavier Weill

Thèse de doctorat en Microbiologie

Sous la direction de Patrick Grimont.

Soutenue en 2008

à Paris 5 .


  • Résumé

    Nous avons mis en évidence que le clone DT104 possédant l'ilôt chromosomique « Salmonella genomic island 1 » (SGI1) était la principale cause de la multirésistance depuis 1997 chez Salmonella enterica sérotype Typhimurium. Deux types de populations multirésistantes aux antibiotiques ont émergé à partir 2001 dans le sérotype Paratyphi B. La première, majoritaire, était constituée de souches possédant le SGI1 et dont la transmission à l'homme était probablement liée à des contacts avec des poissons exotiques; l'autre population était similaire à un clone précédemment décrit chez la volaille en Europe. La prévalence de la résistance aux céphalosporines de 3eme génération était faible (<1%) dans l'ensemble de la population de Salmonella, mais certains sérotypes comme Virchow et Newport étaient plus affectés. Différentes p-lactamases (SHV-12, TEM-52, CTX-M-2, CTX-M-9) transférées par des plasmides de différents groupes d'incompatibilité (HI2, I1) ont été identifiées chez ces souches.

  • Titre traduit

    Antimicrobial resistance in salmonella non-typhi : prevalence, mechanisms and molecular epidemiology


  • Résumé

    The DT104 clone harboring Salmonella genomic island 1 (SGI1), or variants of it ,was identified as the main cause of multidrug resistance (MDR) after 1997 in Salmonella enterica serotype Typhimurium. Two MDR populations emerged in serotype Paratyphi B after 2001. The most prevalent one contained strains harboring SOIL It caused human infections probably through contacts with exotic fish. The second population was similar to one described in poultry in Europe. The prevalence of resistance to third generation cephalosporins (3GC) was low (<1%) in Salmonella in France. However, several serotypes such as Virchow or Newport, were more resistant. Different (3-lactamases (SHV-12, TEM-52, CTX-M-2, CTX-M-9) encoded by plasmids belonging to various incompatibility groups (HI2, I1) were identified. Salmonella strains resistant to ciprofloxacin were very rare in France (prevalence <1%). However, several strains belonging to serotype Kentucky were identified in travelers returning from Africa.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (112 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 94-108

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque médicale Cochin-Port Royal (Paris). Service commun de la documentation. Service commun de la documentation.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.