Etude moléculaire des α-dystroglycanopathies pré et postnatales

par Céline Bouchet Séraphin

Thèse de doctorat en Biologie moléculaire

Sous la direction de Alain Legrand.

Soutenue en 2008

à Paris Descartes .


  • Résumé

    Des défauts de glycosylation de l’a-dystroglycane (aDG), glycoprotéine impliquée en particulier dans la contraction musculaire et la migration des neurones, caractérisent plusieurs entités cliniques de sévérité variable, les aDGpathies appartenant au groupe des dystrophies musculaires congénitales (DMC). Ces maladies rares sont associées à la présence de mutations sur six gènes codant pour des protéines directement ou indirectement impliquées dans la glycosylation de l’aDG. L’étude moléculaire de POMT1, POMT2, POMGNT1, FKTN FKRP et LARGE a été réalisée sur deux populations d’origine différentes, d’une part des fœtus sélectionnés sur la présence d’une lissencéphalie II, représentant les formes les plus sévères d’aDGpathies, jusqu’ici inexplorées, et d’autre part, des enfants ou adultes présentant une DMC ± retard mental. L’étude porte sur un nombre important de cas recouvrant toute l’étendue du spectre clinique et indique que les aDGpathies sont caractérisées par une grande hétérogénéité génétique parmi les gènes étudiés, tandis que de nombreux cas restent sans gène identifié. Un même gène peut être à l’origine de syndromes de sévérité variable et un même syndrome, lié à des gènes différents. Le type de mutation intervient donc également dans la sévérité clinique. Les formes cliniques sévères sont plus souvent associées à POMT1 et POMT2, dont les protéines participent à l’activité protéine-O-mannosyltransférase, première enzyme de la O-mannosylation. La nature des gènes et leur nombre à étudier conduisent à mettre en place une véritable stratégie de diagnostic moléculaire, rendue possible grâce à la corrélation phénotype/génotype réalisée dans chacune des populations.

  • Titre traduit

    Molecular Study of a-dystroglycanopathies


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The a-dystroglycanopthies are congenital muscular dystrophies (CMD) characterized by defects of O-glycosylation of a-dystroglycan. This protein is an essential component of the dystrophin-glycoprotein complex involved in neuromuscular junction and in neuronal cells. To date, mutations in six genes coding for proteins implicated in glycosylation of a-DG were found in theses patients. The molecular study of POMT1, POMT2, POMGNT1, FKTN, FKRP and LARGE were realized in two types of population: fetuses with type II lissencephaly and patients with CMD±mental retardation. This study overlaps the different kind of clinical severity of a-dystroglycanopthies and show a large molecular heterogeneity. A same gene could be involved in different syndrome and a same syndrome could be linked with mutations in different genes. So, the gene but also the type of mutations is linked with the clinical severity. Based on phenotype/genotype correlation we proposed a strategy for molecular diagnosis in each population

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (109 f.-p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 95-109

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle pharmacie, biologie et cosmétologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TPHB 10516
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.