La politique de l'enseignement supérieur public au Liban et la gouvernance de l'Université libanaise, 1991-2007

par Leina Abou Kassm

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Bernard Valade et de Ibrahim Maroun.


  • Résumé

    En ce début de XXIe siècle, des forces nouvelles bouleversent les équilibres existants, elles s'appellent progrès technologiques et mondialisation des marchés. L'université publique, avec ses missions de formation, d'information, de recherche et d'innovation se doit de réagir à ces changements ; Comment réagir ? L'enseignement supérieur public au Liban est censé répondre aux besoins des étudiants et de la société. Durant une trentaine d'année, l'Université Libanaise, seule université publique, a subi les conséquences de la guerre sur un plan socioéconomique et politique. Elle souffre d'une forte centralisation des pouvoirs de décisions qui la paralyse durant les périodes de conflits. Comment une politique et une gouvernance autonomes de l'UL pourront-elles favoriser la réalisation d'objectifs économiques et sociaux essentiels? Nous faisons un état des lieux à travers un diagnostic des différents problèmes au sein de l'UL et des propositions basées sur les bonnes pratiques dans les universités publiques dans différents pays du monde, autour de trois axes : l'organisation académique, la gestion administrative et la politique financière. Nos hypothèses se trouvent globalement validées à travers une analyse appuyée par des entrevues non structurées et une démarche d'observation participante de dix ans. Les réponses: une politique nationale, appuyée par une gouvernance autonome de l'UL, recrutement autonome des enseignants, des chercheurs et du personnel administratif, définition de l'offre de formation et du contenu des cours, évaluation par contrôle interne et par des pairs. Des pratiques autonomes basées sur un financement en fonction des performances.

  • Titre traduit

    The policy of public higher education in Lebanon and gouvernance of the Lebanese university, 1991-2007


  • Résumé

    In the early twenty-first century, new forces change existing balances; they are called technological advances and globalization of markets. The public university, with its missions of training, information, research and innovation has to react to these changes; how to react? The public higher education in Lebanon is expected to meet the needs of students and society. During the last thirty years, the Lebanese University, the only public university, has suffered the consequences of war on a socio-economically and politically plan. It endures from a strong centralization of the powers of decisions which paralyses it during the periods of conflicts. How can the autonomous policy and governance of UL promote the realization of essential economic and social objectives? We made an appraisal across a diagnosis of different problems within UL and proposals based on good practices in the public universities in different countries of the world, around three axes: the academical organization, administrative management and financial policy. Our hypotheses are generally validated by an analysis supported by not structured meetings and a participant observation of ten years. The answers: a national policy, supported by a self-governance of the UL, autonomous recruitment of teachers, researchers and administrative staff, definition of training and course content, evaluation and internal control by peers. Autonomous practices based on a financing according to performances, a plan of establishment and a contract of objectives.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (357, 114 f.)
  • Notes : Publication non reproduite sur support microfiches
  • Annexes : Bibliogr. f. 339-356

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes - Bibliothèque de Sciences Humaines et Sociales Descartes - CNRS (Paris). Service commun de la documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.