En quête de Perceval : étude sur un mythe littéraire

par Christophe Imperiali

Thèse de doctorat en Littérature comparée

Sous la direction de André Wyss et de Jean-Louis Backès.

Soutenue le 13-12-2008

à Paris 4 en cotutelle avec l'Université de Lausanne , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) .

Le président du jury était Alain Corbellari.

Le jury était composé de André Wyss, Ursula Bäehler, Marie Blaise, Véronique Gély.


  • Résumé

    Après avoir proposé une définition opératoire du mythe littéraire, et suggéré, sous l’étiquette de « mytholectures », un mode d’approche de cet objet, le travail se subdivise en deux grandes parties. La première, diachronique, cherche à sonder le devenir historique du mythe de Perceval, de Chrétien de Troyes à nos jours ; il s’agit essentiellement d’observer comment la valeur et le sens du mythe se sont élaborés progressivement au fil de ses réécritures – comment chaque période, chaque auteur a rencontré le mythe sous un rapport singulier, susceptible de lui fournir un « miroir » qui reflète certaines de ses préoccupations et lui permette, parallèlement, de configurer son expérience du monde. Les principales étapes de ce parcours (qui touche à environ quatre-vingts auteurs) sont Richard Wagner et Julien Gracq. La seconde partie propose deux approches thématiques du mythe de Perceval : l’une d’elles est centrée sur la problématique familiale et les enjeux relationnels qui, de reprise en reprise, ne cessent d’être réinterprétés sous divers angles (dont Œdipe, cet « anti-Perceval » n’est jamais très loin). L’autre axe thématique s’intéresse à la propension marquée du mythe de Perceval à fonctionner comme modèle des deux pôles de l’activité littéraire que sont la lecture (quête de sens) et de l’écriture (quête poétique) : divers « arts poétiques percevaliens » (de Wagner à Perec, en passant par Proust ou Handke) closent ainsi le parcours.

  • Titre traduit

    In Quest of Perceval : study on a Literary Myth


  • Résumé

    After having outlined a functional definition of the “literary myth”, and having proposed a new way of approaching this object under the label “myrhoreadings”, the present work is divided into two main parts. The first one is diachronic. Its aim is to analyse the historical construction of the myth of Percival, from Chrétien of Troyes until now. The main purpose of this inquiry is to examine how the myth’s value and meaning were gradually elaborated through its rewritings, and how each period, each author have met the myth as a “mirror” reflecting his personal concerns and allowing him to configure his experience of the world. The main figures along this journey are (among about eighty authors) Richard Wagner and Julien Gracq. The second part proposes two thematic approaches to the myth of Percival: the first one focuses on the family issues and the relational stuctures central to most of the rewritings of the myth (where Oedipus, this “anti-percival”, is rarely far away). The second theme examines the frequent use of this myth as a model for the two poles of the literary activity: reading (quest of meaning) and writing (poetic quest). A few “percivalian poetic arts” thus conclude this study, from Wagner to Proust, Handke or Perec.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.