La poésie critique : écrits de poètes sur les peintres et les sculpteurs (1945-1990)

par Marion Daniel

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Jean-Yves Tadié.

Soutenue en 2008

à Paris 4 .


  • Résumé

    Entre 1945 et 1990, les écrits de poètes sur l'art mais aussi les livres illustrés se multiplient, inaugurant une forme de rapprochement inédite entre poètes et artistes. Dans les années 1950, l'abstraction lyrique dominante, ainsi que les derniers éléments également influents du surréalisme, constituent les principaux courants de peinture sur lesquels les poètes écrivent. À travers le double questionnement de la réalité et de la place de l'homme qu'elles posent, ces deux catégories de peinture infléchissent très largement leurs discours. À partir de l'exemple de René Char, Francis Ponge, Jean Tardieu, Henri Michaux, Michel Leiris, regroupés autour des revues de la galerie Maeght et des Cahiers d’art, mais aussi Louis Aragon, Jean Genet, Samuel Beckett, ainsi que Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Philippe Jaccottet et Jacques Dupin, qui écrivent principalement dans la revue L'Éphémère, une poétique de la poésie critique se définit. Face à une critique d'inspiration baudelairienne fondée sur le principe des correspondances, selon laquelle un poème est susceptible de produire une équivalence du tableau, la poésie critique d'inspiration mallarméenne mène, grâce à la suggestion, à la création d'un nouvel espace littéraire. Si la tâche de la poésie est de répondre à un "désir d’images", écrire sur la peinture c'est parvenir à décrire avec précision les sensations et visions produites par les œuvres. Ces deux éléments sont ce qui fait l'intérêt majeur des textes critiques des poètes.

  • Titre traduit

    Poetic Art Criticism : Texts by Painting and Sculpture (1945-1990)


  • Résumé

    Between 1945 and 1990, the writings of poets on art as well as illustrated books increase, inaugurating a form of unprecedented affinity between poets and artists. In the 1950s, lyrical abstraction dominated, as well as the last equally influential elements of Surrealism. These constitute the principal currents of painting on which poets write commentaries. Through the two-fold questioning of reality and of man's place in it which they posit, these two categories of painting diverge greatly in their discourse. Starting with the works of René Char, Francis Ponge, Jean Tardieu, Henri Michaux, Michel Leiris, grouped around the criticism of the galerie Maeght and the Cahiers d’art (Notebooks of art), but also of Louis Aragon, Jean Genet, Samuel Beckett, as well as Yves Bonnefoy, André du Bouchet, Philippe Jaccottet, and Jacques Dupin, who write principally in the magazine L'Éphémère, an aesthetics of critical poetry becomes more and more defined. In face of criticism inspired by Baudelaire, founded on the principle of correspondances, according to which a poem is susceptible to produce the equivalent of a painting, critical poetry inspired by Mallarmé and his aesthetics of suggestion tries to aim at the creation of a new literary space. If the task of poetry is to respond to a "desire of images", to write about painting is to succeed in describing sensations and visions produced by works of art. These two elements are what constitute the major interest in these critical texts of poets.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (449 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 405-422. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 7091

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11213
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.