Logologie et parlêtre : sur les rapports entre psychanalyse et sophistique dans l'œuvre de Jacques Lacan

par Elisabete Thamer

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Barbara Cassin.

Soutenue en 2008

à Paris 4 .


  • Résumé

    Cette thèse discute les rapports entre psychanalyse et sophistique dans l'œuvre de Jacques Lacan. Le point de départ est la définition freudienne qui dit que l'inconscient "ne connaît pas la contradiction" et celle de Lacan qui pose que "l'inconscient est structuré comme un langage". La première partie se consacre à examiner le rapport de la psychanalyse avec le "principe de non-contradiction" posé par Aristote dans le livre "Gamma" de la "Métaphysique" et prétend démontrer comment la théorie lacanienne du "non-rapport sexuel" constitue, pour la psychanalyse, une relecture de la non-contradiction aristotélicienne. Cette relecture se base également sur la position des sophistes à l'égard de ce principe et des références de Lacan à ces derniers. La deuxième partie est consacrée à l'examen du métier psychanalytique, afin de vérifier si cette pratique, exclusivement langagière, se rapprocherait de l'exercice logologique des sophistes. Y sont discutés les théories de l'interprétation et de l'acte psychanalytiques, du temps logique et du paiement. Cela a pour objectif de cerner les points de convergence et d'écart entre psychanalyse et sophistique.

  • Titre traduit

    Logology and speaking-being : on the relations between psychoanalysis and sophistic in the work of Jacques Lacan


  • Résumé

    The dissertation deals with the relations between sophistic and psychoanalytic approaches in Jacques Lacan's work. The discussion's starting point is the Freudian concept which maintains that the unconscious "does not know contradiction" and Lacan's idea that the "unconscious is structured like a language". This first part is devoted to examining the relationship between psychoanalysis and the "principle of non-contradiction" identified by Aristotle in "Metaphysics", book "Gamma". It is concerned with demonstrating that Lacan's theory that "there is no sexual relation" constitutes for psychoanalysis a re-reading of Aristotelian non-contradiction. Such a reinterpretation is based on the sophist's position with respect to this principle as well as on Lacan's references to them. The dissertation's second part is devoted to an examination of the psychoanalytic praxis in order to verify if this exclusively language-oriented practice could be regarded as having affinities with the sophist's logological exercise. This part discusses theories of the psychoanalytic interpretation and act, logical time and payment. These inquiries aim to distinguish the points of convergence and divergence between psychoanalysis and sophistic.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (377 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 351-365. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 7058

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11273
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.