"C'est moy que je peins" : recherches sur les figures de soi à l'automne de la Renaissance

par Marie-Clarté Lagrée

Thèse de doctorat en Histoire moderne

Sous la direction de Denis Crouzet.

Soutenue en 2008

à Paris 4 .


  • Résumé

    Par quelle représentation de soi est sous-tendue l'affirmation de Montaigne "Car c'est moy que je peins" ( "Au lecteur", Les essais, 1580) ? De quels éléments se compose cette peinture et quels en sont les contours ? Pour l'automne de la Renaissance française (vers 1560-vers 1630), l'objet de ce travail est de réfléchir sur un imaginaire, celui de la personne humaine (persona), se déployant et se projetant en une construction culturelle. En s'appuyant sur un éventail très large de types de sources, ce sont donc les différentes figures de soi qui ont cours et sont élaborées durant cette période qui sont analysées, et ce travail avance qu'un glissement s'est opéré vers 1580. Effectivement, autour de ces années là, est remise en cause la représentation dominante de la persona qui prévalait jusqu'alors et qui s'appuyait sur l'Ecriture, Aristote, Thomas d'Aquin, Hippocrate ou encore Galien. Une telle configuration dépassait les variations confessionnelles ainsi que les interprétations personnelles des érudits. Les raisons, les manifestations et les conséquences de ce délitement sont étudiées, ainsi que les mouvements de restructuration qui se mettent en place dans le premier tiers du XVIIe siècle. En effet, si catholiques et réformés se retrouvent toujours autour d'une configuration dominante, ils ne réagissent pas pareillement à ce mouvement de déconstruction et ils élaborent des réponses qui leur sont propres. Dans les années 1630, leur persona respective n'est donc pas exactement la même que celle du milieu du XVIe siècle : l'angoisse du corps est plus forte chez les catholiques tandis que les réformés valorisent la conscience et réhabilitent la raison humaine.

  • Titre traduit

    "C'est moy que je peins" ("It is my selfe I portray") : Research on representations of the self in the late Renaissance period


  • Résumé

    What representation of the self lies behind Montaigne's statement "Car c'est moy que je peins" ("for it is my selfe I portray") ("The Author to the Reader", The Essays, 1580)? What elements make up this portrait and how is it framed? The aim of this study, which focuses on the latter part of the French Renaissance (c. 1560-c. 1630), is to examine the manner in which the imagined representation of the human being (persona) is projected to form a cultural construct. This research, which draws on a very broad spectrum of source types, offers an analysis of the various images of the self that were either already established or emerged during that period. This analysis suggests that a shift in perception occurred during the 1580's, challenging the hitherto dominant representation of the persona as depicted in the Scriptures and the works of Aristotle, Thomas Aquinas, Hippocrates and Galen. This representation extended beyond differences in faith or in the personal interpretations of scholars. The reasons for this unravelling, the manner of its expression and the consequences thereof are analysed in this study, as are the restructuring movements that took hold during the first third of the 17th century. Although Catholics and Calvinists continued to agree on a dominant configuration, they did not react in the same way to this unravelling movement, and developed different responses. Thus, by the 1630s, the respective persona of the two communities was not exactly the same as in the mid-16th century. The anguish of the body was stronger for the Catholics, whereas the Calvinists stressed the value of consciousness and rehabilitated human reason.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par PUPS à Paris

"C'est moy que je peins" : figures de soi à l'automne de la Renaissance


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : vol. (nbr. de p. ou f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 485-533. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 7050
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2011 par PUPS à Paris

Informations

  • Sous le titre : "C'est moy que je peins" : figures de soi à l'automne de la Renaissance
  • Dans la collection : Roland Mousnier , 51
  • Détails : 1 vol. (594 p.)
  • ISBN : 978-2-84050-774-1
  • Annexes : Notes bibliogr..Sources et bibliogr. p. 523-584. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.