Connaître et imaginer l'Orient dans la littérature anglaise du XVIIIème siècle

par Claire Gallien

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Alexis Tadié.

Soutenue le 28-11-2008

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) .

Le président du jury était Jean Viviès.

Le jury était composé de Alexis Tadié, Jacques Carré, Madeleine Descargues-Grant.


  • Résumé

    Cette thèse invite à une analyse des rapports entre les représentations savantes et communes de l'Orient dans la littérature anglaise du XVIIIe siècle. Elle découvre un ensemble d'interactions qui constituent ces deux cultures et démontre que le rapprochement entre la mode orientale et l'orientalisme savant n'est pas antithétique. Au contraire, ces deux types de discours sur l'Orient, bien que distincts, entretiennent une relation de mimétisme qui les conduit à assumer des positions ambivalentes. Aussi, les représentations de l'Orient au XVIIIe siècle sont autre chose qu'un simple effet de mode pseudo-orientale. Elle prennent part à un projet savant qui ne s'est pas brutalement arrêté au moment de la traduction des Arabian Nights Entertainments en 1705 pour ne reprendre qu'en 1784 avec la création de la Société Asiatique de Calcutta. Cette thèse expose l'originalité d'une rencontre entre le monde de l'érudition orientaliste et le grand public, de même qu'elle dévoile l'influence réciproque du goût anglais sur les traductions des œuvres orientales et, inversement, du style oriental sur l'élaboration d'un canon poétique anglais.

  • Titre traduit

    Oriental Knowledge and Imagination Eighteenth-Century English literature


  • Résumé

    This thesis analyses the relationships between the academic and the general representations of the Orient in eighteenth-century English literature. It uncovers a network of interactions which defines both cultures, and it demonstrates that the oriental vogue and knowledge of the Orient are not antithetical phenomena. Indeed, the two distinct types of discourses on the Orient function mimetically and develop ambivalent positions. Representations of the Orient in eighteenth-century English literature cannot be reduced to a pseudo-oriental craze. They are part of an enduring process of knowledge formation, which did not stop in 1705 with the translation from the French of Galland's Arabian Nights Entertainments and then suddenly reappeared in 1784 with the founding of the Asiatic Society in Calcutta. This thesis exposes a moment in time when, contrary to what had happened before, scholarship met with and actively sought a broad readership, as it also unveils the reciprocal influence of the English taste on the translations of Oriental texts and, conversely, of the oriental style on the formation of an English literary canon.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (855 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 715-805. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 7012
  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.