Géopolitique identitaire : le grand défi politique du XXIe siècle

par Christophe Naudin

Thèse de doctorat en Géographie politique, historique et culturelle

Sous la direction de Michel Korinman.

Soutenue en 2008

à Paris 4 .


  • Résumé

    La société de droit occidental a, depuis ses origines, basé son fonctionnement sur la confiance qu'elle place dans les citoyens. Or cette culture de la confiance a aujourd'hui atteint ses limites. La criminalité identitaire est désormais l'une des infractions qui connaît la plus forte croissance mondiale. Elle s'appuie sur notre dispositif d'Etat-civil, aménagé à la hâte depuis le XVIè siècle et imposé au reste du monde sans discernement. Le résultat, nous le payons aujourd’hui avec une grande confusion dans les Etats-civils mondiaux. Les pays occidentaux ne savent plus réellement identifier leurs concitoyens, sans compter les citoyens du monde qui eux aussi ont droit à une identité fixe et immuable dans le respect de leurs traditions. Malheureusement, la criminalité identitaire s'est considérablement développée depuis 1990 sur les ruines d'une bonne idée, avant d’exploser à partir de 2000. Tous les pays sont touchés par ce phénomène criminel, lequel déstabilise fortement le fonctionnement de la société. Une solution existe : copier la nature en revenant à l'identification animale. La biométrie ou "mesure du vivant", seule technologie permettant l'identification des personnes de façon efficace et sûre sera bientôt en expérimentation dans de nombreux pays. Les documents d'identité biométriques sont des outils indispensables à la protection des libertés publiques et individuelles. L'identité est un droit qu’il faut protéger. Les libertés fondamentales au XXIe siècle ne peuvent faire l'économie de la première sécurité du citoyen : celle de son identité unique dans la société. Un grand défi politique à relever pour les prochaines décennies.

  • Titre traduit

    Identity in geopolitics : one of the 21st century's huge political challenge


  • Résumé

    The western world society, since its origins, based its operation on the confidence which it places in the citizens. However this culture of confidence reached its limits today. Identity fraud is from now on one of the infringements which knows the strongest world growth. It has been pressed on our device of registry office, arranged with haste during the XVIth century and imposed on the rest of the world without understanding. The result, we pay it today with a great confusion in the world registry offices. The Western countries cannot really any more identify their fellow-citizens, without counting the citizens of the world who them also are entitled to a fixed and immutable identity in the respect of their traditions. Unfortunately, identity fraud was considerably developed since 1990 on the ruins of a good idea, before exploding from 2000. All countries are affected by this criminal phenomenon, which strongly destabilizes our society. There is only one solution : to copy mother nature while returning to the animal identification. Biometry, in other words, "measurement of life" is the only technology allowing the identification of people in a effective way. It will be soon experimented in many countries. Biometric documents are essential tools to protect public and individual freedoms. Identity is a right which should be highly protected. Fundamental freedoms of the XXIst century may be the first safety of one citizen: having a single and unique identity. A great political challenge to raise for the next decades

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (508 p.-7 dépl. )
  • Annexes : Bibliogr. p. 495-497. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 7008
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.