Le visible et l'invisible dans Paradise Lost de John Milton (1608-1674) : genèse et essor d'une poétique hérétique

par Laïla Ghermani

Thèse de doctorat en Etudes du monde anglophone

Sous la direction de Gisèle Venet.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    Comment le poète miltonien peut-il affirmer qu’il va voir et dire les choses invisibles aux yeux des mortels (« […] see and tell / Of things invisible to mortal eyes » (III, 54-55)) ou encore qu’il va montrer les exploits invisibles des anges (« invisible exploits » V, 565) dans son épopée ? L’objectif de la présente étude est de montrer que l’entreprise de rendre visible l’invisible est profondément originale d’un point de vue à la fois esthétique et théologique. En effet, pour formuler un tel argument, John Milton s’appuie sur une théologie qui lui est propre et qu’il revendique comme hérétique. Ainsi, en refusant la prédestination calviniste pour lui préférer la pensée d’Arminius sur le libre-arbitre, Milton forge une personnalité poétique qui bénéficie d’une illumination spécifique et supérieure. Par ailleurs, en réfutant le dogme de la Trinité pour lui préférer une conception unitaire, Milton conçoit le Fils de Dieu comme la première image visible et créée du Père invisible. Le modèle du Fils lui permet de penser une poétique de l’invisible. Enfin, sa poétique s’appuie sur une définition de l’accommodation scripturaire qui contredit celle de Saint Augustin, pourtant couramment utilisée par les protestants. Pour donner forme à son projet, Milton élabore une poétique épique, centrée sur les personnes du poète et du Fils, dont la fin dernière est la représentation visuelle. Pour rendre visible l’invisible gloire divine, il met en place une hiérarchie des images et du lexique de la lumière analogue à celle des créatures. La fragmentation du regard et sa réunification par le narrateur omniscient constituent le second élément de son esthétique visuelle.

  • Titre traduit

    The visible and the invisible in John Milton’s Paradise Lost : The Genesis and Development of a Heretical Poetics


  • Résumé

    How can Milton’s poet claim that he intends to «see and tell / Of things invisible to mortal eyes » (III, 54-55) or that he is going to disclose the « invisible exploits » (V, 565) of the angels in the epic? The aim of this study is to show that Milton’s project to make invisible things visible, is profoundly original in both aesthetic and theological terms. His argument is rooted in a theology of his own which he acknowledges to be heretical. By rejecting the Calvinist idea of predestination, preferring instead the doctrine of Arminius, Milton forges a poetic persona who is granted a specific and superior illumination. Moreover, Milton refutes the dogma of the Trinity, and conceives the Son as the first created image of the invisible Father. Such a conception of the Son provides him with a model for his poetics of the invisible. Finally, Milton's poetics is based on a definition of scriptural accommodation which is in opposition to the Augustinian definition usually adopted by the Protestants. To give coherence to his project Milton elaborates an epic poetics which is centred on the figures of the poet and the Son and whose final aim is the representation of the invisible. To make the invisible glory of God visible, he introduces a hierarchy of images and words concerning the manifestations of light which parallels the hierarchy of living things in the universe. The second aspect of Milton’s visual aesthetics concerns a fragmenting of unified sight and its subsequent reconstruction by the omniscient narrator.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (543 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 503-533. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11325
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.