"Sillygisms and delusions" : entre logique et théologie, la quête spirituelle de Lewis Carroll dans les oeuvres de la maturité (1867-1898)

par Christine Collière-Whiteside

Thèse de doctorat en Etudes du monde anglophone

Sous la direction de André Topia.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    Les dernières œuvres de Lewis Carroll, et son roman Sylvie and Bruno (1889) et Sylvie and Bruno Concluded (1893) en particulier, ont été peu étudiés. Carroll a pourtant voulu y livrer son testament spirituel. La publication récente de nombreuses sources primaires permet aujourd’hui de jeter un nouveau regard sur les convictions religieuses de l’auteur et sur les circonstances de la rédaction de ses œuvres. Une étude génétique des modalités de la création carrollienne et la reconstitution de la genèse de Sylvie and Bruno mettent en évidence la prédominance des réseaux tabulaires et des structures dialogiques dans les genèses carrolliennes. La bibliothèque et les lectures de Carroll témoignent de son engagement dans les bouleversements théologiques, scientifiques et universitaires de la seconde moitié du XIXème siècle, qui ont influencé l’écriture de Sylvie and Bruno, dont la forme comme le fond sont profondément imprégnés par les découvertes de la critique biblique, la remise en cause darwinienne du statut de l’homme dans le monde naturel et les querelles entre les mouvements « High Church » et « Broad Church ». L’œuvre de Carroll trahit les doutes religieux qui le tourmentaient. La logique et la géométrie sont au service de l’allégorie, et c’est par la médiation de celle-ci que s’exprime, dans le roman Sylvie and Bruno, l’espoir d’une transcendance divine.

  • Titre traduit

    “Sillygisms and Delusions” : Between logic and theology, Lewis Carroll’s spiritual quest in his later works (1867-1898)


  • Résumé

    Lewis Carroll’s late works, and his novel Sylvie and Bruno (1889) and Sylvie and Bruno Concluded (1893) in particular have been little studied. Yet Carroll thought of them as his spiritual legacy. The recent publication of many primary sources allows us today to throw a new light on his religious beliefs and on the circumstances of the writing of his works. The genetic study of the modalities of the Carrollian creation and the reconstruction of the genesis of the Sylvie and Bruno books show the primacy of the tabular and the dialogical in his creative process. The study of his library and of his reading testify to his deep intellectual involvement in the theological, scientific and university upheavals of the second half of the nineteenth century, and to the way these preoccupations have informed the writing of the Sylvie and Bruno books, whose organisation and contents are shaped by the discoveries of the Higher Criticism, the necessary reappraisal of the status of man in Nature by the evolution theory and the quarrels between the High Church and the Broad Church movements. Far from being a conservative, Carroll had a deep respect for the ideas of Benjamin Jowett and his work betrays the deep religious doubts that tormented him. It is logic and geometry which eventually allow him, in Sylvie and Bruno, to find the allegorical expression of his hope in a divine transcendence.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (485 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 363-383. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11309
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.