Maria Callas en acte : étude historique et rhétorique d'une actio opératique

par Anne-Laetitia Garcia

Thèse de doctorat en Études théâtrales

Sous la direction de Gilles Declercq.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    Entre 1947 et 1965, Maria Callas développe à l’opéra non seulement un chant hors norme qui réactive une ancienne technique, le bel canto, mais aussi un art dramatique consommé. L’essence théâtrale du genre opératique jaillit à nouveau sur son plateau : le corps actant s’unit au corps chantant, le voir s’unit à l’entendre. L’étude des cinq mises en scène de Luchino Visconti et des jeux de correspondances établis par le metteur en scène, points de départ de notre réflexion, ouvre des axes permettant de saisir la réception contemporaine et d’appréhender l’efficacité d’hier. D’une généalogie des monstres sacrés et des techniques actoriales à la problématique de l’Ut Pictura Theatrum, des confrontations analogiques avec différentes références des arts scéniques, des beaux-arts et du cinéma ouvrent des perspectives d’analyse et mettent à jour des notions esthétiques fondamentales. Ainsi, la technè rhétorique se révèle un outil précieux pour comprendre la construction de ce corps en acte, particulièrement avec la notion d’actio (mise en voix et en corps d’un discours), au cœur de l’art de l’orateur, de la construction et de la théorisation de jeu tragique à l’âge classique. Dans le questionnement des arts mimétiques qu’une telle étude implique, les notions de sublime et d’amplificatio s’imposent aussi pour déchiffrer une action scénique dilatée, véhémente et stylisée.

  • Titre traduit

    Maria Callas Performing : historical and rhetorical study of an operatic actio


  • Résumé

    Between 1947 and 1965, Maria Callas developed not only an unconventional style of operatic singing while reviving the bygone technique of bel canto, but also her consummate dramatic skills. With her, the dramatic essence of the operatic genre sprang forth anew on the stage : the acting body combined with the singing body, ‘seeing’ combined with ‘hearing’. The study of Luchino Visconti’s five operatic productions and of the correspondence effects he contrived as a director – the starting points of our analysis – opens up new paths which enable us to comprehend both today’s reception and yesterday’s efficacy. From a genealogy of public idols and acting techniques to the problematics of the Ut Pictura Theatrum, analogical confrontations with various references from the performing arts, the fine arts and the cinema, reveal prospects for analysis and bring to light fundamental aesthetic notions. Thus, the rhetorical technè turns out to be an invaluable tool so as to understand the construction of this acting body, especially with the notion of actio – the rendering of speech through the voice and the body – at the core of the orator’s art, of the construction and theorization of tragic acting in the classical age. Through the questioning of the mimetic arts involved by such a study, the notions of the sublime and amplificatio are also essential to the decoding of an expanded, vehement and stylized theatrical (/performing) action.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (911 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 875-904

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Théâtrothèque Gaston Baty (Paris).
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Théâtrothèque Gaston Baty (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : D4 458 (1-2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11223
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.