Nouvelles migrations chinoises aux États-Unis et interactions culturelles : "Brain drain" et "Brain gain" chinois en Californie du Nord, 1965-2005

par Dominique Maillard

Thèse de doctorat en Etudes du monde anglophone

Sous la direction de Serge Ricard.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    La mise en œuvre de la loi américaine sur l'immigration du 3 octobre 1965 a déclenché une dynamique migratoire fondée sur le talent et la famille. Les flux des étudiants d'origine chinoise entre le monde chinois et les Etats-Unis mettent en évidence l'enjeu que représente la formation de l'intelligence dans le contexte de l’économie mondialisée à l'aube du XXIe siècle. La fuite des cerveaux, « brain drain » vers les Etats-Unis et le retour des talents « brain gain » vers le monde chinois constitue, au cours de la période 1965-2005 un processus aux avantages réciproques, encouragé par les dirigeants américains et chinois, selon une logique économique d' « archipels » technopolitains, qui prévaut à l' « âge relationnel ». La nouvelle vague d'immigration chinoise compte quelque 200 000 personnes de niveau doctoral à l'aube du XXIe siècle. À son apport scientifique s'ajoute l'esprit d'entreprise que favorisent ses réseaux professionnels et sociaux aussi bien en Asie qu’aux Etats-Unis. C’est ainsi que ans la Silicon Valley, un tiers des entreprises était d'origine indienne ou chinoise en 2005. En effet, la Californie du Nord séduit les immigrants chinois par son réseau d'universités, sa culture de l'innovation, ses incubateurs de « jeunes pousses », sa recherche inlassable de marchés sur les pourtours du Pacifique et le fait que plus de la moitié des familles sino-américaines vit sur la côte Ouest d'après le recensement de l'an 2000. Cette nouvelle immigration chinoise est sollicitée par deux logiques culturelles : la logique du concept universel de la « Chine culturelle », qui favorise une identité diasporique, et celle de l'américanisation, qui tend vers l’assimilation.

  • Titre traduit

    New chinese migrations to the United States and cultural interactions : chinese brain drain and brain gain in Northern California, 1965-2005


  • Résumé

    The enactment of the 3 October 1965 Immigration Law has triggered off new Chinese migrations to America based on skill and family reunification. The flows of Chinese students between the Chinese world and the United States underscore the challenge that education and the training of skills mean in the context of a globalized knowledge-economy at the dawn of the 21st century. The brain drain to the United States and the brain gain of the Chinese world has produced a win-win process encouraged by both the American and Chinese leaders within the framework of a technopolitan “archipelagoes” economy during the 1965-2005 period in the “relational age”. The new Chinese immigration wave numbered some 200 000 doctoral-level people at the beginning of the 21st century. In addition to the new immigrants scientific skills one has to consider their professional and social networks in Asia as well as in America. Thus about a third of Silicon Valley businesses originated in Chinese or Indian immigrant entrepreneurship in 2005. Indeed northern California has looked attractive to the new Chinese immigrants, owing to its network of universities, culture of innovation, start-ups incubators, tireless search for new markets around the Pacific Rim, and the fact that more than half of Chinese-American families lived on the West coast according to the 2000 Census. This new Chinese immigration is tempted by two logics: the universal concept of “Cultural China,” which spawns a diasporic Chinese identity, and Americanization, which tends to American Assimilation.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par L'Harmattan à Paris

Circulation des cerveaux entre la Chine et la Californie : étudiants, ingénieurs, entrepreneurs et capital-risqueurs chinois dans la Silicon Valley


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (511, 192 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 445-498

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11142
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par L'Harmattan à Paris

Informations

  • Sous le titre : Circulation des cerveaux entre la Chine et la Californie : étudiants, ingénieurs, entrepreneurs et capital-risqueurs chinois dans la Silicon Valley
  • Dans la collection : ˜L'œAire anglophone
  • Détails : 1 vol. (353 p.)
  • ISBN : 978-2-296-10761-8
  • Annexes : Notes bibliogr. Bibliogr. p. 337-344. Glossaire. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.