La fée dans le symbolisme européen, domaines francophone et anglophone : identité nationale, mémoire littéraire et questionnements poétiques

par Charlotte Michaux

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean Bessière.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    Notre étude met en regard les symbolismes francophones et anglophones européens à travers la figure de la fée. Passage obligé pour une majorité de petits et de grands poètes de la jeune génération symboliste, l’oeuvre à thème féerique manifeste des préoccupations communes à chacun d’entre eux : donner forme à une mémoire archaïque du merveilleux, construire une image idéalisée de la nation, revisiter par la fable l’expérience du ravissement poétique, interroger la légitimité de l’image et éprouver les possibilités de la voix poétique. Loin de se réduire à un symbole d’escapisme, le motif de la fée thématise espoirs, questionnements et failles du geste poétique symboliste. On voit comment, grâce à un topos merveilleux, un mouvement fragile et dispersé parvient à ouvrir dans l’espace du poème un lieu de dialogue national et transnational entre ses différents acteurs, et, plus encore, à s’inventer une identité et une histoire collectives qui vient compenser l’histoire officielle du mouvement.

  • Titre traduit

    The Fairy in European Symbolism, English, Anglo Irish, Belgian and French tradition : National Identity, Literary memory, Poetic questioning


  • Résumé

    Our study takes a look at the symbolism in French and English literature, represented by the personage of the fairy. Writings with a mythical theme were an obligatory rite of passage for the majority of poets, big and small, in the young generation of the Symbolist movement. Their works share common concerns; the desire to create an archaic memory of the fabulous, to construct an ideal image of the nation, to revisit poetic rapture through storytelling, to question the legitimacy of the image and to test the possibilities of the poetic voice. Far from being reduced to a symbol of escapism, the motif of the fairy represents hope, questioning and flaws in the Symbolist movement. We can see how, thanks to an enchanted topos, a fragile and dispersed movement succeeded in opening up the literary tool of the poem to a national and transnational dialogue between its different actors, and moreover creating for itself an identity and a collective history which compensates for the official history of the movement. Is

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (778 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 671-712. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11149
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.