Le tombeau de Cynthia : mythes, fictions et ironie dans le livre IV des Elégies de Properce

par Matthieu Gazeau

Thèse de doctorat en Études latines

Sous la direction de Philippe Heuzé.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    En inscrivant au cœur du livre IV et de la Rome virgilienne le tombeau de Cynthia, Properce détourne, au profit d’une femme légère, le motif traditionnel de l’immortalisation par la poésie et renverse la dialectique romaine du poète et du grand homme. Le recueil est l’épilogue d’une œuvre qui repose sur une poétique de la recusatio, refus dramatisé du grand genre, et affirme la légitimité de la subjectivité littéraire, incarnée par Cynthia. Dénouement emblématique de cette recusatio, l’apothéose de Cynthia est l’ultime fragment d’une déclaration amoureuse qui est authentique sans être sincère : elle n’obéit pas au code moderne de l’effusion spontanée d’une subjectivité idéalement transparente mais, dans un rapport dramatisé à une réalité problématique, est l’expression d’un sujet qui s’avance masqué derrière les formes et les rôles littéraires stéréotypés que sont la recusatio, le paraclausithyron, le fallax seruus de la comédie ou l’épigramme - dont le genre élégiaque est une mise en scène. Au terme de cette épopée paradoxale du poète amoureux qui doit se battre pour défendre la légitimité de son amour et de sa poésie, le drame est projeté dans la mémoire fantasmée de Rome : les variations étiologiques révèlent la contingence du récit fondateur, légataire d’une histoire produite par l’action héroïque de quelques uns, et la relativité des normes éthiques, gage de l’ironie de l’Histoire et des dieux. Le livre IV, cimetière symbolique où se côtoient la tombe de Cynthia et celle de Mamurius, l’artiste exilé pour avoir sculpté l’œuvre dangereusement équivoque qu’on lui avait commandée, est la réponse du poeta caelator au Vates horatien utile à la Ville et à ses Princes.

  • Titre traduit

    Cynthia’s Tomb : myths, fictions and irony in Propertius’s Elegies, book IV


  • Résumé

    By placing Cynthia’s tomb at the centre of book IV and of Virgilian Rome, Propertius perverts, for a woman of small virtue, the traditional motif of immortalisation through poetry, and turns the Roman dialectics of the poet and great man upside down. The collection of poems comes as the epilogue to a work based on the poetics of recusatio, the marked refusal of the lofty style, and asserts the legitimacy of literary subjectivity embodied by Cynthia. Emblematical outcome of this recusatio, Cynthia’s apotheosis is the last fragment of a declaration of love which is authentic without being sincere. It does not follow the modern code of a spontaneous emotional demonstration poured forth from ideally transparent subjectivity. It is rather, in a staged reaction to a problematical reality, the expression of a subjectivity sheltered behind the persona of stereotyped literary forms and parts such as the recusatio, the paraclausithyron and the fallax seruus of the Comedy or epigrams, staged in the elegiac genre. At the end of this paradoxical epic written by an amorous poet who must fight to assert the legitimacy of his love and poetry, the drama is projected into the fantazied memory of Rome. The etiological explanations reveal the founding tale’s contingency, heir to a history created by the heroic acts of a few, and also the relativity of ethical norms, proof of the irony of History and the Gods. Book IV, the symbolical churchyard where the tombs of Cynthia and Mamurius, the artist who had been exiled for sculpting a dangerously equivocal work of art, stand side by side, is the response of the poeta caelator to the horatian Vates, useful to Rome and its princes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (389 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 366-384

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11117
  • Bibliothèque : Ecole française d'Athènes. Bibliothèque.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : Mi 1310
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.