L'exil dans l'oeuvre de fiction d'Albert Camus

par Chia-Hua Hsu

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation françaises

Sous la direction de Pierre-Louis Rey.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    La présente étude propose une lecture de l’oeuvre de fiction d’Albert Camus à travers l’optique de l’exil. Le thème de l’exil s’y déploie tant à un niveau géographique que figuré, et son expression est nourrie tant par la réflexion que par le vécu de l’écrivain. Un exilé est un « homme privé de… » : cette formule camusienne signale d’abord l’état de rupture qu’est l’état d’exil, ensuite le royaume encore à définir et à re/conquérir. Avant que l’unité soit re/gagnée, l’homme subit les syndromes de l’exil qui se caractérisent notamment par le décharnement, le flottement, et la défaillance de la mémoire. Cependant l’exil peut aussi être bénéfique. L’examen de l’exil éclaire la substance du royaume : il est l’accord de l’homme avec ce qui constitue son bonheur, l’innocence avant la prise de conscience irréversible de la réalité, le monde concret avant l’invasion de l’abstraction, et aussi la reconnaissance mutuelle ainsi que le rassemblement de soi-même contre la dispersion. L’expression de l’exil chez Camus suit l’évolution de sa pensée : de l’absurde à l’amour, sa création va de la cassure comme condition requise de l’homme dans le monde jusqu’à l’acceptation consciente de sa vérité. Curieusement mais inévitablement, le retour aux origines ne peut s’effectuer que sur la terre de l’oubli et de l’exil.

  • Titre traduit

    Exile in Albert Camus’s fiction and theatre


  • Résumé

    The present study proposes a reading of Albert Camus’s work of fiction and theatre through the perspective of exile. In his work, the theme of the exile appears at the geographical level as well as the figurative one, and its interpretation is nurtured by both his reflection and his real life. An exile is a “man deprived of…”: this formula of Camus himself indicates firstly the state of rupture, and secondly, by the unnamed word, the “kingdom” still to be defined and to be re/conquered. Before the unity to be re/gained, man suffers exile’s syndromes that can be characterized notably by the emaciation (in the figurative term), wavering, and the lapse of memory. However, exile can also be beneficial. The examination of exile throws light upon the nature of the kingdom: it is the harmonious state of man and what constitutes his happiness, the innocence before the irreversible awareness of the reality, the concrete world before the invasion of abstraction, the mutual recognition, as well as the gathering of oneself against the dispersion. Camus’s expression of exile follows the evolution of his thought: from absurd to love, his creation begins from man’s inescapable condition of rupture being in the world and reaches finally at the fully awareness and acceptation of his own truth. Curiously but inevitably, the return to the origin can only be realized on the land of forgetting and of exile.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (476 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 457-470. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11126
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.