L'écriture du temps dans les nouvelles de Raymond Carver

par Laetitia Naly

Thèse de doctorat en Études du monde anglophone

Sous la direction de Marie-Christine Lemardeley.

Soutenue en 2008

à Paris 3 .


  • Résumé

    Face aux nouvelles de Raymond Carver, les variations rhétoriques d’un recueil à l’autre importent peu : la perplexité du lecteur face à des récits dont les trames narratives servent littéralement de prétextes est constante, ce qui accrédite l’idée d’un lien polémique entre action et récit, en d’autres termes entre le temps et son écriture. Cette étude, qui porte sur l’ensemble des nouvelles de l’auteur, prend pour objet cette tension. « L’écriture du temps », si elle est au sens strict un oxymore, est également l’une des prérogatives de la littérature : il s’agira, au fil de cette thèse, de préciser les termes de cette équation. L’étude de « l’Amérique de Carver » dans ce qu’elle a de familier et de réfractaire, s’impose en premier lieu. Outre la convocation d’un univers fictif, l’écriture du temps désigne, plus radicalement, une logique de l’action, une poétique du drame et avec elle, l’organisation thématique, rhétorique et syntaxique des récits. A rebours de la modernité littéraire, l’action y détermine les personnages. C’est ainsi qu’en permettant l’avènement d’un temps sujet dans les deux sens du terme, les nouvelles de Carver ne proposent pas uniquement l’expérience temporelle inhérente à la lecture du texte de fiction, mais une expérience du temps.

  • Titre traduit

    The Writing of Time in Raymond Carver’s Short Stories


  • Résumé

    Whatever the rhetorical variations from one book of short stories to another, the readers of Raymond Carver remain nonplussed. The gap, not to say the rift between narrative plots and the impact of the stories on the reader, often considered as Carver’s hallmark, is the starting point of this dissertation. The study, that encompasses all of Carver’s stories, aims at producing an approach to the stories of Raymond Caver using the ever-elusive notion of time. ‘‘The writing of time,’’ though in itself an oxymoron, is the privilege of literature, which results in a seminal ambivalence. We will first focus on Carver’s not-so-familiar America. The writing of time not only conjures up a fictional universe for the reader to dwell in, however briefly: it also provides the stories with a structure, either thematic, syntactic or narrative. Unlike the dominant trend in modern literature, Carver’s short stories put forth the predominance of drama over characters in a way that is reminiscent of the epic genre. As they enable the advent of time as a literary subject, the short stories of Raymond Carver not only invite the reader to enjoy the temporal experience of reading, but also to experience time in and for itself.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (425 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 408-415. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Section Censier.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MC 11027
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.