Protection sociale et mondialisation de l'économie : les avancées et les limites

par Jean Désiré Som Mbog

Thèse de doctorat en Droit international public

Sous la direction de Charles Leben.

Soutenue en 2008

à Paris 2 .


  • Résumé

    L’une des particularités de la libéralisation des échanges et de la mondialisation de l’économie est, de manière incidente, de rendre plus difficile la réalisation de l’objectif fondamental originel de l’OIT qu’est la justice sociale. On peut donc penser que le renforcement de la protection des travailleurs par le biais de la Déclaration de 1998 constitue une réponse suffisante à la question sociale qu’ont suscitée la libéralisation des échanges et la mondialisation de l’économie. Il semble, à certains égards, qu’il n’en soit pas ainsi. En effet et s’agissant des travailleurs, l’objectif de justice sociale postule aussi l’amélioration de leurs conditions de vie. Or il est incontestable que l’amélioration des conditions de vie dépend pour une large part de la politique économique et sociale mise en œuvre par les États. Et c’est bien à ce sujet que surgissent quelques appréhensions. Car depuis la 2ème moitié des années 80, les États appliquent des politiques économiques, et budgétaires notamment, dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles ne considèrent pas la justice sociale, telle qu’elle l’entend l’OIT, comme un objectif fondamental et prioritaire. Cette opposition entre l’objectif fondateur de l’OIT et les préconisations économiques et budgétaires du FMI et de la Banque mondiale révèlent, si ce n’est un manque de concertation, du moins une insuffisante collaboration entre l’OIT et les institutions de Bretton Woods. Pourtant c’est de l’intensification et de l’amélioration de cette collaboration que pourront venir des progrès significatifs dans le domaine social. Et l’urgence d’une meilleure prise en compte de la dimension sociale dans le contexte de l’économie mondialisée et libérale à inciter l’OIT et les institutions de Bretton Woods à remédier aux lacunes de leur collaboration. Ce qui laisse espérer une meilleure concrétisation de la raison d’être de l’OIT et la justification de son action normative : la justice sociale.

  • Titre traduit

    International social protection and globalization of the economy : the progress and the limits


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (480 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 426-469

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Panthéon-Assas. Institut des hautes études internationales. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 792 SOM
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : G/DT2008-41
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.