Il pleut, je ne sortirai pas : peinture, parataxe

par Anne Catoire

Thèse de doctorat en Arts plastiques et sciences de l'art

Sous la direction de Nathalie Reymond.

Soutenue en 2008

à Paris 1 .

Le jury était composé de Georges Bloess, Jacques Cohen, Jean-Marc Lachaud.


  • Résumé

    De quelle manière la parataxe - il pleut, je ne sortirai pas - ouvre-t-elle la peinture? La parataxe, c'est le rapport qui, par la virgule, produit l'ajournement de la vérité en peinture. Relevant d'une paradoxologie et non d'une dialectique, la parataxe éclaire la capacité de la peinture à faire monde. Adoptant la démarche du peintre, elle va, rasant la surface, faisant confiance à ses désaccords provisoires. La catastrophe de l'âge donne à l'eurydisation du regard sa singularité; mères, filles ou grands-mères, à travers la tempête naissance, toutes, passant du dedans au dehors, font mijoter leur petite cuisine paratactique. C'est la regardeuse qui fait le tableau. Ecrire n'est pas prédire, ni aller au devant de la peinture fondée sur un principe de plénitude. C'est par le style paratactique que se résout le problème plénitude 1 parataxe. A travers une expérience paratactique de peindre à deux, elles placeront la peinture dans un autre mode de pratique, une question de micro-politique.

  • Titre traduit

    It's raining, i won't go out


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (342 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 337-342. Index

Où se trouve cette thèse ?