Fossilisation expérimentale de bactéries : appui à l’identification de signatures microbiologiques terrestres et extraterrestres

par François Orange

Thèse de doctorat en Paléontologie

Sous la direction de Frances Westall et de Jean-Robert Disnar.

Soutenue en 2008

à Orléans .


  • Résumé

    Puisque les premières formes de vie connues à ce jour (> 3 Ga) ont été préservées grâce à la précipitation de silice sur les structures cellulaires (silicification), nous avons mené la fossilisation expérimentale de différentes souches microbiennes (les Archées Methanocaldococcus jannaschii et Pyrococcus abyssi ; les Bactéries Chloroflexus aurantiacus et Geobacillus sp. ), représentatives des micro-organismes thermophiles, anaérobies et autotrophes qui auraient pu exister dans les conditions environnementales de la Terre primitive ou de Mars. Il s’agit de la première fossilisation expérimentale d’Archées, et l’une des toutes premières concernant des micro-organismes thermophiles. La fossilisation expérimentale a été suivie en microscopie électronique (MEB, MET, Cryo-MEB) pour l’étude morphologique, et par des analyses chimiques (GC, GC-MS, HPLC) pour l’étude de la dégradation ou de la préservation de la matière organique durant la fossilisation. Cette étude a montré que tous les micro-organismes ne pouvaient pas être silicifiés. Les cellules de M. Jannaschii ont ainsi lysé rapidement. A l’inverse, celles de P. Abyssi, Geobacillus sp. Et C. Aurantiacus ont été préservées, avec des intensités de la fossilisation variables selon les espèces. Les micro-organismes ont souvent mis en place des mécanismes actifs pour se protéger de la silicification, comme la production d’EPS, ou la répulsion de la silice. Ces résultats suggèrent que les différences entre espèces ont une forte influence sur le potentiel des différents micro-organismes à être préservés par la fossilisation. Cette étude fournit un bon aperçu des processus de silicification et de préservation des types de micro-organismes qui auraient pu exister sur la Terre primitive. La connaissance de ces mécanismes peut être utile pour la recherche et l’identification de microfossiles dans les roches terrestres et extraterrestres, tout particulièrement dans le cas de Mars.

  • Titre traduit

    Experimental silicification of microorganisms : applications in the search for evidence of life in early Earth and extraterrestrial rocks


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (270 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 255-270

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 19-2008-18
  • Bibliothèque : Institut des sciences de la Terre d'Orléans.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 03-3232
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.