L'écriture du corps : une érotique du langage dans la fiction contemporaine américaine

par Flore Chevaillier

Thèse de doctorat en Anglais

Sous la direction de Antoine Cazé.

Soutenue en 2008

à Orléans .


  • Résumé

    "L'écriture du corps : une érotique du langage dans la fiction contemporaine américaine" se concentre sur quatre romans américains récents : Plus (1977) de Joseph McElroy, AVA (1993) de Carole Maso, DICTEE (1982) de Theresa Hak Kyung Cha, et VAS (2002) de Steve Tomasula. Plus, AVA, DICTEE et VAS, de par l'usage non-conforme qu'ils font des structures linguistiques, sont à l'origine d'un questionnement sur l'institution d'un "moi" stable, questionnement qui se trouve à la source même de l'expérience érotique. Ces textes postmodernes, par leur caractère excessif, visent à orchestrer la multiplication des sens du langage, ce qui force le lecteur à atteindre une compréhension des textes qui aille au-delà de leur contenu. En effet, la perte de cohérence mène à une perte du contrôle de soi et à une approche de la matérialité du texte, troublant ainsi les oppositions entre sujet et objet. Ceci permet à l'oeil de devenir un organe du toucher et d'établir ainsi un parallèle entre le toucher et le regard érotique. Cette expérience sensuelle remet en cause la suprématie patriarcale car elle révèle que les modèles patriarcaux censurent le corps dans les usages linguistiques. Ainsi, les fictions contemporaines américaines révèlent les idéologies sous-jacentes aux formations narratives et soulignent la valeur politique des stratégies esthétiques postmodernes. Notre étude élabore donc une explication de la politique féministe des textes postmodernes qui nous pousse à repenser le corps dans l'écriture, la lecture et la pensée.

  • Titre traduit

    The body of writing : an erotics of language in contemporary american fiction


  • Résumé

    This study proposes a new interpretive apparatus to examine readers'experience of sensuality in their engagement with the language of fiction. Postmodern texts explore literature's ability to signify and materialize experiences, mediating the physical conditions of everyday existence with the physical conditions of reading and writing. In this exploration, avant-garde writers disrupt traditional signifying techniques, emphasizing the materiality of the medium of their texts - print, sound, page, orthography, syntax, etc. This disruption provokes an erotic examination of language and encourages a bodily relationship with the textual medium. I investigate this mode of writing and its political consequences in Joseph McElroy's Plus (1977), Carol Maso's AVA (1993), Theresa Hak Kyung Cha's DICTEE (1982), and Steve Tomasula and Stephen Farrell's VAS (2002), as they produce examples of both thematic and structural erotics through visual experiments, metaphors, or allegorical representations of theoretical connections between pleasure and language. Informed by feminist theorists Julia Kristeva and Hélène Cixous, film critic Laura Marks, philosopher Georges Bataille, art historian Georges Didi-Huberman, and the writings on avant-garde literature by Roland Barthes, this study clarifies American experimental literature's ability to counterbalance and demystify contemporary rhetorical apparatuses that fosters political agendas. This project thus repositions postmodern texts as feminist practices that call for a political reevaluation of social systems which confine fictional examinations of the body, and their interpretations, to patriarchal paradigms.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (VI-177-58 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.55-58

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.