Les paysans polonais à l’épreuve de la politique agricole commune européenne : une analyse multi-disciplinaire d’un référentiel professionnel pour un dialogue de normes

par Catherine Darrot

Thèse de doctorat en Economie de l'agriculture et des populations

Sous la direction de Christian Mouchet.

Soutenue en 2008

à Rennes, ENSAR .


  • Résumé

    La Pologne est entrée dans le processus officiel de préadhésion à l’Union en 1998, puis l’Union européene le 1er mai 2004. Selon les analyses ex ante coordonnées par la Commission Européenne, le secteur agricole polonais était caractérisé au cours de cette période par une sur-représentation de la main-d’œuvre agricole dans la population active, une faible productivité par unité de travail, accompagnée d’un niveau d’équipement matériel globalement limitant. L’Europe en accord avec le Ministère polonais de l’agriculture, soutient par conséquent l’accroissement de la taille des exploitations, en organisant la libération des terres par des exploitations évaluées comme « difficilement viables », l’accroissement du niveau d’équipement technique et de contribution au marché des exploitations restantes. Ce projet repose sur une perception polarisée du panorama des structures agricoles nationales : d’un côté, un grand nombre de petites et moyennes exploitations familiales produisant avant tout pour satisfaire les besoins de la famille, et contribuant faiblement ou moyennement seulement aux besoins du marché ; de l’autre côté, une minorité d’exploitations plus actives et plus grandes qua la moyenne officielle nationale en cours d’évolution vers des modèles spécialisés, technicisés et liés au marché, évalués comme plus productifs. Cette thèse est fondée au contraire sur l’hypothèse de l’existence d’une masse centrale d’exploitations ni en repli sur des stratégies strictement vivrières, ni tournées vers la voie radicale de la modernisation. Cette catégorie, si elle existait, était susceptible de présenter des performances convenables, non selon un référentiel technico-économique exogène inspiré par une perspective industrielle générant une évaluation sévère, mais selon des objectifs endogènes propres à leurs propriétaires. Ce projet de recherche vise à porter le débat sur le terrain des chiffres et des indicateurs, appréhendés comme un langage de médiation entre des normes distinctes, en générant des indicateurs propres à refléter les logiques socio-économiques et techniques de la catégorie d’exploitants recherchée.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (518 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. (499-505 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Bibliothèque Générale de Rennes.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : E 27
  • Bibliothèque : AGROCAMPUS OUEST. Institut national d'horticulture et de paysage. Bibliothèque générale.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : Th AO (BG-2013/82)
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.