Les mécanismes du recrutement des plantules et leurs effets sur la vitesse d'invasion des ligneux pionniers dans les pelouses : comparaison d'une espèce indigène (Pinus sylvestris L.) et d'une espèce introduite (Pinus nigra Arn. subsp. nigra) dans les grands Causses

par Nadine Boulant

Thèse de doctorat en Biologie des populations et écologie

Sous la direction de Marie-Laure Navas et de Jacques Lepart.

Soutenue en 2008

à Montpellier SupAgro .

  • Titre traduit

    Mechanisms of seedling recruitment and their effects on the invasion speed of pioneer woody species in grasslands: comparison between a native species (Pinus sylvestris L. ) and an introduced one (Pinus nigra Arn. Subsp. Nigra) in the Grands Causses


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    La vitesse d'invasion des ligneux dans les milieux ouverts dépend de la pression de propagules, de la capacité des espèces à envahir, et de la sensibilité des environnements à l'invasion. L'importance de ces composantes et les mécanismes impliqués sont estimés dans le cas de l'invasion des Grands Causses (sud du Massif Central, France) par une espèce indigène (Pinus sylvestris L. ) et une espèce introduite (Pinus nigra Arn. Subsp. Nigra). Des expérimentations et une analyse de patrons naturels d'installation par modélisation inverse montrent que le recrutement des plantules est limité à la fois par la quantité de graines et par les conditions environnementales. Le pâturage et la géologie sont les facteurs environnementaux principaux, mais la durée de la sécheresse estivale réduit aussi fortement les taux d'établissement des plantules. Les buissons favorisent la survie des plantules en les protégeant contre le stress hydrique et l'herbivorie. L'interruption du pâturage peut ouvrir des fenêtres d'invasion transitoires, liées à la suppression de l'herbivorie et à une compétition herbacée limitée. L'intégration de ces résultats dans un modèle démographique, spatialisé et stochastique, montre que le pâturage est le principal facteur de contrôle des taux de croissance et des vitesses d'invasion des populations de pins. L'effet du recouvrement en buissons, généralement négatif, devient positif pour une pression de pâturage intensive, tandis que la fréquence des années sèches a peu d'effet. L'espèce introduite montre une plus grande capacité d'invasion que l'espèce indigène. Nous discutons de l'apport de cette étude pour l'écologie fondamentale, la compréhension de la dynamique du paysage, et les pratiques de gestion.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. ( 252 p.)
  • Annexes : Bibliographie 149 réf.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Montpellier SupAgro.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.