Induction de tolérance en transplantation par blocage de la voie CD40/CD40L : caractérisation des cellules tolérogènes induites chez le rat et évaluation chez le primate

par Mathieu Angin

Thèse de doctorat en Médecine. Immunologie

Sous la direction de Brigitte Le Mauff-Quester.


  • Résumé

    Le blocage de la voie de costimulation CD40/CD40L par injection d'un adénovirus codant pour CD40Ig génère des lymphocytes T régulateurs CD8+CD45RClo capables d'induire une tolérance indéfinie d'une allogreffe cardiaque chez le rat. L'étude du transcriptome de ces lymphocytes TCD8+ tolérogènes par puce à ADN a permis d'établir des hypothèses quant aux mécanismes impliqués. Le rôle de l'IFNg est retrouvé et pourrait induire l’expression d'une protéine immuno-régulatrice Fgl2. La présence des molécules du CMH de classe II semble également importante. De nombreuses molécules observées dans des analyses de lymphocytes Treg par puces à ADN sont également surexprimées. D’autres hypothèses, sont également discutées. Cette stratégie d’induction de la tolérance a été évaluée chez le primate en faisant exprimer par des AAV recombinants le CD40Ig humain associé à sc28AT, un inhibiteur de la voie de costimulation CD28/B7. Les molécules sont fonctionnelles in vitro et l’injection des animaux par AAV permet une expression prolongée de CD40Ig, mais plus faible et transitoire du sc28AT, qui semble immunogène. Le CD40Ig ne prolonge pas la survie de la greffe contrairement au sc28AT. La survie du greffon d’un animal recevant les deux transgènes a été prolongée et d’autres animaux sont prévus. L'expression de molécules d’intérêt thérapeutique par vecteurs viraux permet de disposer d'un modèle d'évaluation de bioréactifs pour l'induction de la tolérance chez le primate dans des conditions de faisabilité satisfaisantes. L'efficacité des molécules CD40Ig et sc28AT dans ce modèle de transplantation montre les limites de la transposition des modèles rongeurs aux primates.

  • Titre traduit

    Induction of tolerance in transplantation through blockade of CD40/CD40L: characterisation of tolerogenic cells induced in a rat model and evaluation in the primate


  • Résumé

    Inhibition of the CD40/CD40L costimulation pathway using an adenovirus coding for CD40Ig can generate CD8+CD45RClo T regulatory cells that induce indefinite graft tolerance in a rat cardiac allograft model. A gene expression study of tolerogenic cells by DNA microarray allowed us to explore the mechanisms involved. As expected, IFNg seems to be a key player and might induce the expression of the immuno-regulatory protein Fgl2. MHC-II molecules seem to be important too. Other molecules observed in other Treg microarray analyses are also over-expressed. Other hypothesis are also discussed. This tolerance induction strategy was evaluated in primates using recombinant AAV coding for the human CD40Ig molecule and/or sc28AT, an inhibitor of the CD28/B7 costimulation pathway. These molecules were functional in vitro. The AAV injection led to a prolonged expression of CD40Ig whereas sc28AT molecule was produced transiently, as it seemed to be immunogenic. Unlike CD40Ig, sc28AT appeared to be efficient in vivo. The animal receiving both transgenes had delayed graft rejection, and other experiments are now scheduled. The expression of therapeutic molecules through viral vectors to evaluate the tolerance induction efficiency in primates is feasible. However the efficiency of the CD40Ig and sc28AT molecules in our model is still debatable and raises the issue of the relevance of rodent models compared to primate pre-clinical strategies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (237 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 169-198 f. [618 réf.]

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. BU Santé.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 08 NANT 47-VS
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.