Création musicale et psychose chez Robert Schumann

par Liliane Havard

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Jean-Louis Bonnat.

Soutenue en 2008

à Nantes .


  • Résumé

    Robert Schumann (1810-1856) n’est pas issu d’une famille de musiciens, il a tout mis en œuvre pour le devenir et ceci de façon très déterminée. La recherche de la solitude, ses rapports à la femme, les hallucinations auditives, les laisser tomber de ses maîtres, l’appel au père nous ont permis d’opter pour une structure psychotique. Les limites de la jouissance ne s’imposent plus pour lui de sorte qu’il se trouve lié à la jouissance de l’Autre illimitée, énigmatique, non régulée par le signifiant phallique. Le langage musical est un autre registre porteur de signification du lien que l’artiste entretient avec l’Autre. Il est en prise avec un langage qui court-circuite le langage articule��. Mais a�� un moment donné la création ne suffit plus, ça ne tient plus et il sort des rails du lien social. L’oeuvre va maintenir le sujet dans la création et le lien social mais jusqu’à un certain point. La musique qui le tenait a lâché, ce qui faisait sinthome ne tient plus. Les derniers témoins parlent de l'état étrange du musicien avant son internement (avril 1854), il était dans une sorte de confusion avec la musique.

  • Titre traduit

    Musical creation and psychosis : the case of Robert Schumann


  • Résumé

    Robert Schumann (1810-1856) was not born into a family of musicians. He did everything he could to become one and showed great determination to this end. His search for solitude, his relations to woman, his auditory hallucinations, the foundering of his relation to his masters and his appeal to the father brought us to infer a psychotic structure. The limits of jouissance no longer restricted him, so that he found himself yoked to the unlimited, enigmatic jouissance of the Other, which is not regulated by the phallic signifier. Musical language is another register bearing the signification of the bond that the artist maintained with the Other. He was confronted to a language that short-circuited articulated language. But at a given moment, creation no longer sufficed; things fell apart and he disconnected from the social bond. His oeuvre maintained the subject within creation and the social bond, up to a certain point. The music that had permitted him to hold together gave way; that which was serving as his sinthome no longer had effect. The last witnesses speak of the strange state of the musician before his internment (April 1854), a state of a sort of confusion with music.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (p.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 370-376. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.