Geological, structural, mineralogical and geochemical controls of the formation of the uranium-rich ores in the Streltsovsky ore field, Russia.

par Alexei Aleshin

Thèse de doctorat en Sciences de la Terre et de l'Univers

Sous la direction de Michel Cuney et de Vasilii Velichkin.

Soutenue le 15-12-2008

à Nancy 1 , dans le cadre de RP2E - Ecole Doctorale Sciences et Ingénierie des Ressources, Procédés, Produits, Environnement , en partenariat avec G2R - Géologie et Gestion des Ressources Minières - UMR 7566 (laboratoire) .

Le jury était composé de Maurice Pagel, Reimar Seltmann, Claude Caillat, Michel Cathelineau.

  • Titre traduit

    Contrôles géologiques, structuraux, minéralogiques et géochimiques sur la formation des minerais riches dans le district minéralisé de Streltsovsky, Russie


  • Résumé

    Les nouveaux travaux que nous avons réalisé nous ont permis d'établir que U et F on été progressivement enrichis depuis les volcanites basiques (170 Ma), jusqu'aux volcanites acides (140 Ma). L'épisode hydrothermal post-magmatique Crétacé (140-125 Ma) a été subdivisé en stades: préminéralisation, synminéralisation et les premier et deuxième stades post-minéralisation. La minéralisation primaire à brannérite-pechblende est associée avec la fluorite. Lors du premier stade postminéralisation les minéraux d'U ont été remplacés par des méta-gels U-Si antérieurement identifiés comme de la coffinite. L'altération anté-minéralisation et la minéralisation U ont été formées par des fluides chlorurés et bicarbonatés sodiques entre 250 et 300°C. La minéralisation U a commencé avec une albitisation et une hématisation de l'encaissant lors de la percolation d'un fluide supercritique à 530-500°C. Brannérite et pechblende ont précipité vers 350-300°C. Les spectres des éléments des terres rares (ETR) de la pechblende localisée dans les trachybasaltes, trachydacites et granites ont une forte anomalie positive en Sm et Nd et un effet tétrade W marqué, caractéristiques différentes de celles des rhyolites dérivées d'une chambre magmatique localisée dans la croûte supérieure. Ces données et l'intervalle de 5 Ma séparant le magmatisme siliceux de la formation de la minéralisation U ne permet pas de proposer que l'U dérive de cette chambre. Nous proposons qu'un magma acide riche en Li et F est la source de l'U. U(IV) ainsi que les ETR ont été fractionnés dans les fluides comme complexes fluorés. La minéralisation U a été déposée au niveau d'une barrière thermique


  • Résumé

    The ambiguity in the genetic interpretations in the formation of the Mo&U deposits of the Streltsovsky ore field led us to perform additional studies which have established that closely associated U and F were progressively gained in the Late Mesozoic volcanic rocks from the older basic (170 Ma) to the younger silicic ones (140 Ma). The Early Cretaceous postmagmatic hydrothermal epoch (140-125 Ma) is subdivided into preore, U ore, and first and second postore stages. The primary brannerite-pitchblende ore was formed associated with fluorite. During the first postore stage, it was replaced by a U-Si metagel, previously identified as coffinite. The preore metasomatic alteration and related veined mineralization were formed under the effect of Na (bicarbonate) chloride solution at temperatures of 250-200°C. Uranium ore formation began with albitization and hematization of rocks affected by a supercritical fluid at 530-500°C; brannerite and pitchblende precipitated at 350?300°C. The chondrite-normalized REE patterns of pitchblende hosted in trachybasalt, trachydacite, and granite demonstrate a pronounced Sm-Nd discontinuity and a statistically significant tetrad effect of W type. These attributes were not established in REE patterns of rhyolites derived from the upper crustal magma chamber. These data and the gap of 5 Ma between silicic volcanism and ore formation do not allow us to suggest that U was derived from this magma chamber. According to the new proposed model, an evolved silicic Li-F magma was a source of U. U4+, together with REE were fractionated into the fluids as complex fluoride compounds. The U mineralization was deposited at a temperature barrier.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.