Etude des magmas primaires des Petites Antilles par l'analyse in situ des inclusions vitreuses

par Anne-Sophie Bouvier

Thèse de doctorat en Géosciences

Sous la direction de Etienne Deloule et de Nicole Métrich.

Soutenue le 21-11-2008

à Nancy 1 , dans le cadre de RP2E , en partenariat avec CRPG (laboratoire) .

Le président du jury était Olivier Vanderhaegue.

Le jury était composé de Catherine Chauvel, Pierre Schiano, Matthew Thirlwall, Olivier Vanderhaegue, Etienne Deloule, Nicole Métrich.

Les rapporteurs étaient Catherine Chauvel, Pierre Schiano.


  • Résumé

    Les laves de l’arc des Petites Antilles présentent une large gamme de compositions le long de l'arc et au sein d'un même centre volcanique. De précédentes études ont montré une variation de l'influence des fluides issus de la plaque océanique subductée le long de l’arc et au sein d’une même île. Cependant, la nature des fluides et l'importance de leurs contributions sont encore débattues. Afin d'apporter de nouvelles contraintes sur les conditions de genèse des magmas ainsi que sur l'influence et la nature des fluides issus du slab, des scories magnésiennes provenant de St. Vincent et Grenade, situées au sud de l’arc, ont été utilisés. Les compositions en éléments légers, traces et isotopes stables ont été déterminées par sonde ionique dans les inclusions vitreuses piégées dans les olivines, donnant un accès direct aux compositions des magmas primitifs, non affectés par les processus superficiels. La combinaison des différentes mesures a permis de mettre en évidence l’influence de trois sortes de fluides sur les sources mantelliques : 1- un fluide de compositions proche de celle de l’eau de mer, probablement relâché lors de la déshydratation du manteau serpentinisé entraîné en profondeur par le slab, 2- des fluides de déshydratation de la croûte océanique subductée et 3- des fluides issus de la déshydratation des sédiments. Ces fluides aqueux montrent des concentrations différentes en éléments dissous, reflétant la profondeur à laquelle ils sont extraits. L’ensemble des données révèle une genèse des magmas à plus forte profondeur et plus faible taux de fusion (7-15%) à Grenade, ceux de St. Vincent étant extraits à 1190-1220°C et 13-14 kbar avec un taux de fusion de 10-20%.

  • Titre traduit

    Study of the Lesser Antilles arc primary magmas using in situ analyses of melt inclusions


  • Résumé

    The Lesser Antilles arc lavas display a large range of compositions. Previous studies have suggested a variable influence of fluids derived from the subducted oceanic lithosphere along the arc and within individual islands. The fluid contributions and their nature are still a matter of debate. In order to bring new constraints on magmagenesis conditions and on the influence and nature of fluids from the slab on the mantle source, high magnesia scoriae from St. Vincent and Grenada, in the south of the arc, have been used. Different analyses (light and trace elements, ?D, ??Li, ?11B, ?18O, ?34S) have been performed on olivine-hosted melt inclusions, using ion probe. Their study gives a direct access to the primitive magma compositions as yet unaffected by superficial processes. The association of several measurements permit three types of fluid components to be highlighted: 1- a seawater-like fluid, probably released by serpentinized mantle dehydration when it is pulled down by the slab, 2- fluids deriving from altered oceanic crust dehydration and 3- fluids issued from sediment dehydration. These aqueous fluids have different solute contents, reflecting their extraction depths. This dataset suggest a deeper genesis and lower partial melting rate (7-15%) for Grenada melts, St. Vincent melts being generated at 1190-1220°C, 13-14 kbar, from 10-20% partial melting.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.