Remédiation cognitive et schizophrénie : quels effets sur le fonctionnement cognitif et cérébral ?

par Aurélie Royer

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive expérimentale

Sous la direction de Denis Brouillet et de Jacques Pellet.

Soutenue en 2008

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Les troubles cognitifs, très fréquents dans la schizophrénie, retentissent sur la vie quotidienne et l’insertion socioprofessionnelle des patients. Ils sont actuellement la cible de thérapies de remédiation cognitive permettant d’améliorer les capacités des patients. Les premières études donnent cependant des résultats divergents et évaluent peu les effets sur la vie quotidienne. Nous avons estimé chez 59 patients schizophrènes randomisés en deux groupes (remédiation et traitement habituel) les effets d’un nouveau programme de remédiation incluant à la fois des approches par restitution et compensation sur les fonctions cognitives et leur transfert sur un test écologique. Les corrélats cérébraux de cette thérapie sont étudiés chez 16 patients du groupe remédiation comparés à 13 sujets sains en Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle (IRMf). Les participants sont évalués avant et après remédiation avec une batterie de tests neuropsychologiques et en IRMf. Les résultats mettent en évidence un effet bénéfique de la remédiation sur les fonctions cognitives, principalement mnésiques et exécutives chez les patients schizophrènes. Cet effet se généraliserait sur un test écologique, en lien avec une amélioration des activités socioprofessionnelles. La remédiation cognitive améliorerait donc la gestion de la charge mentale à travers l’augmentation ou l’allocation des ressources cognitives, ce qui favoriserait l’organisation des patients et leur autonomie. Ces améliorations peuvent être mises en lien avec les résultats IRMf mettant en évidence une réorganisation du fonctionnement cérébral suite à la remédiation.

  • Titre traduit

    Cognitive remediation and schizophrenia : effects on cognitive and cerebral functioning


  • Résumé

    Cognitive deficits, which are commonly reported in schizophrenia, have an impact on patients’ everyday life, and on their social and professional insertion. Oriented cognitive remediation therapies are expected to enhance patients’ capacities. However, the first studies gave discordant results and did not assess in detail the effects on the everyday life. We included 59 schizophrenic patients randomized in two groups (remediation versus treatment as usual) to test the outcomes on cognitive functions and on an ecologic test of a new remediation program which included both restitution and compensation approaches. The cerebral consequences of the training program were assessed using functional Magnetic Resonance Imaging (fMRI) on 16 schizophrenic patients and 13 healthy controls. Participants were examined before and after the remediation program with a neuropsychological test battery and fMRI. The results reveal some cognitive improvements in patients after the remediation program, mainly on memory and executive functions. A generalization of these positive effects is observed on the ecological test and on patients’ socio-professional activities. Cognitive remediation would facilitate the mental load monitoring through enhancing or re-allocating cognitive resources, which facilitates patients’ organization and autonomy. These improvements are linked to the fMRI results indicating a large-scale reorganization of the cerebral functioning following the remediation program.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (284 f.)
  • Annexes : Bibliographie f. 210-229

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 2008.MON-97
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.