Modulation de la réponse immune par des anticorps monoclonaux : implications dans l'amélioration d'immunothérapies antivirales

par Henri-Alexandre Michaud

Thèse de doctorat en Sciences chimiques et biologiques pour la santé. Immunologie. Virologie

Sous la direction de Mireia Pelegrin-Zurilla.


  • Résumé

    Les anticorps monoclonaux (AcMo) ont récemment confirmé la promesse thérapeutique qu’ils ont longtemps représentée. Si leurs effets directs (neutralisation de virus, lyse des cellules cibles, …) sont en général bien étudiés, leurs effets indirects sur le système immunitaire le sont beaucoup moins. Ces interactions sont pourtant responsables d'effets immunomodulateurs sur les cellules du système immunitaire. Après avoir caractérisé un modèle de pathologie virale chronique chez la souris, une érythroleucémie induite par le rétrovirus murin FrCasE, j'ai pu montrer qu'une immunothérapie passive et transitoire à base d'un anticorps monoclonal neutralisant (l’anticorps 667) protégeait les animaux infectés du virus. J'ai pu également montrer le rôle immunomodulateur de cet anticorps dans l'induction et le maintien d'une réponse immune endogène en ciblant les cellules infectieuses et induisant leur lyse. Ces résultats montrent ainsi l'importance des AcMo dans les immunothérapies en mettant en évidence des propriétés autres que la neutralisation. Dans ce modèle de pathologie, j'ai développé une nouvelle approche d’immunothérapie à base de cellules dendritiques (DC). Les résultats préliminaires que j'ai obtenu ont montré que la greffe de DC pulsées avec des immunocomplexes (IC) formés par l’AcMo 667 et de FrCasE inactivé à la chaleur, a un potentiel vaccinal antivirale supérieur à la greffe de DC stimulées par le virus inactivé seul vraisemblablement lié à l'induction d'une réponse cellulaire plus puissante. En conclusion, l'ensemble de mes travaux montrent le rôle majeur que possède un AcMo en tant que traitement de pathologie virale chronique a la fois, au niveau de la neutralisation du pathogène mais aussi dans l'initiation d'une réponse immune endogène protectrice sur le long terme grâce à la formation d’IC. De manière importante, ils montrent également le rôle des anticorps endogènes dans le maintien d'une réponse cellulaire antivirale. D'autre part, mes travaux suggèrent un rôle immunomodulateur des IC in vivo sur les cellules dendritiques dans le cadre d'un traitement vaccinal dans un modèle de maladie virale persistante et létale.

  • Titre traduit

    Immune response modulation by monoclonal antibodies : implication in the antivirale immunotherapies optimizations


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (185 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliographie. p. 163 - 180

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Pharmacie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TP 2008.MON-16
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.