Anatomie des Lépospondyles et origine des Lissamphibiens

par Damien Germain

Thèse de doctorat en Paléontologie systématique

Sous la direction de Michel Laurin.

Le président du jury était Philippe Janvier.

Le jury était composé de Olivier Pays-Volard, Sébastien Steyer.

Les rapporteurs étaient Nour-Eddine Jalil, Rainer Schoch.


  • Résumé

    L’origine des lissamphibiens est un des sujets les plus controversés de ces dernières années et les lépospondyles sont parfois considérés comme en étant à l’origine. Une révision des diplocaulides du Permien d’Argana (Maroc) permet de les rapprocher du genre Diploceraspis. Un aistopode du Stéphanien de Montceau-les-Mines (France) est décrit en utilisant la tomographie à rayons X. Les aistopodes pourraient être sortis de l’eau indépendamment et plus précocement que d’autres Tétrapodes. L’origine des lissamphibiens est abordée par une étude sur les séquences d’ossification du crâne d’urodèles puis par une analyse phylogénétique à grande échelle qui montre que les relations phylogénétiques au sein des tétrapodes paléozoïques sont obscurcies par une forte homoplasie et des lacunes importantes dans le registre fossile. Une analyse des morphotypes ancestraux de lissamphibiens permet de s’imaginer quelle morphologie présenteraient ces hypothétiques protolissamphibiens

  • Titre traduit

    Anatomy of Lepospondyls and origin of Lissamphibians


  • Résumé

    The origin of lissamphibians has been one of the most debated subjects in the last few years and lepospondyls have been proposed to be their stem-group. A revision of the diplocaulids from the Permian of Argana (Morocco) reveals that they are more closely related to the genus Diploceraspis. An aistopod from the Stephanian of Montceau-les-Mines (France) is described using X-ray tomography. Aistopods may have come out from water earlier than other Tetrapods and independently. The origin of lissamphibians is approached by a study of the skull ossification sequences of urodeles and by a large-scale phylogenetic analysis that shows that phylogenetic relationships among Paleozoic tetrapods are obscured by an extensive homoplasy and huge gaps in the fossil record. An analysis of lissamphibian ancestral morphotypes allows imagining which morphology will exhibit these hypothetical protolissamphibians

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (244 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 223-240

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : TH 2008 -- 28
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2016-000200
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.