Prescrire, libérer : l'ethos du projet d'architecture

par Maria Clara Ghia

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Roberto Secchi et de François Guery.

Soutenue en 2008

à Lyon 3 en cotutelle avec l'Università degli studi La Sapienza (Rome) .


  • Résumé

    Cette recherche nait de l'exigence de retrouver un sens et de prendre ses responsabilités au sein du rapport avec le panorama architectural contemporain. L'intention mise en oeuvre consiste à identifier un fil conducteur qui puisse relier le discours théorique sur les territoires de l'éthique au sein du panorama actuel, développé dans le premier chapitre, à la pratique architecturale, interrogée dans le deuxième chapitre à travers les habitudes opérationnelles généralisées. Afin d'orienter la recherche, on utilise des catégories critiques possibles, rattachées au langage de l'éthique. On part des termes traditionnels, intention et responsabilité, incontournables dans un discours sur l'éthique, pour arriver au vocable plus opportun pour dessiner des comportements plus ou moins éthiques dans la situation contemporaine, de fiabilité de l'évolution des processus ou d'adhésion au jeu des rapports de force. Ces catégories sont destinées à identifier une méthode d'analyse de la situation architecturale, afin d'en tirer des indications et des itinéraires futurs. On tente, en particulier, de mettre en évidence une orientation que l'on peut rencontrer dans les actes ou les projets d'architectes, dont on essaie de déterminer la figure, celle du Voyageur, porteuse d'un possible message et d'une nouvelle éthique. Dans le troisième chapitre, l'analyse d'études de cas, examinés à travers la pensée, le projet et la réalisation, s'arrête sur le travail de deux personnages de l'architecture italienne du XXe siècle, deux Voyageurs, Giancarlo De Carlo et Leonardo Ricci, qui plaçaient la motivation éthique au coeur de leur recherche

  • Titre traduit

    To prescribe, to free : the ethos of architectural project


  • Résumé

    This research arises from a need to find meaning and to take responsibility in relation to contemporary architecture's panorama. The intention is to identify a common thread that would connect the theoretical discourse on Current scene territories of ethics, developed in the first chapter, with architectural practice, explored in the second chapter through generalized operational habits. To guide this research we use critical categories connected to the language of ethics. We start with traditional terms, as intent and responsability, essential in any speech on ethics, to arrive at a more appropriate word to draw ethical behavior in contemporary settings: reliability of development process or adhesion to power relations interplay. These categories are intended to identify a method of analysis of the architectural situation in order to draw insights and future directions. In particular, we try to point out a direction that may be encountered in architectural practice, and we consequently try to determine a figure : the Wanderer figure as a possible carrier of a new ethics. In the third chapter, the analysis of case studies, examined through thinking, planning and building, ends with the work of two masters of twentieth century Italian architecture : Giancarlo De Carlo and Leonardo Ricci, two Wanderers, who placed a deep ethical need at the heart of their research.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (413 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 401-413

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Jean Moulin. Bibliothèques universitaires.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.