La sociologie chinoise à l'épreuve de la société : du bannissement à la mobilisation : les défis d'une science sociale

par Aurore Merle

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Bernard Ganne et de Christian Henriot.

Soutenue en 2008

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Introduite en Chine à la fin du XIXe siècle, mais bannie pendant presque trois décennies par le pouvoir communiste, la sociologie renaît de ses cendres à la fin des années 1970 dans le nouveau contexte des réformes économiques. Le rétablissement de cette science sociale en Chine offre un cas critique d'analyse des conditions politiques, sociales et intellectuelles d'existence de la discipline. Pour analyser ce processus de reconstitution, cette recherche retrace, dans un premier temps, l'introduction de la sociologie en Chine avant sa suppression dans les années 1950. Le rappel de ce contexte historique permet de mettre en lumière, dans une seconde partie, les enjeux théoriques et méthodologiques soulevés par le rétablissement de la discipline. La troisième partie s'attache à reconstituer le processus complexe et contradictoire de construction d'une normativité scientifique, à travers les débats sur la "sinisation" de la sociologie, le rôle des experts et des intellectuels, ainsi que l'engagement des différentes générations de sociologues chinois et leurs interactions avec divers acteurs sociaux, en particulier les élites politiques. La quatrième partie examine enfin comment les sociologues chinois ont formulé et répondu à certaines interrogations centrales qui définissent les "sociologies de la modernité" et traitent de la construction des sociétés modernes - la question de la "différenciation sociale" ainsi que les relations entre l'État et la société dans la Chine des réformes - tout en proposant, à travers le thème de la "transition" de la société chinoise, une relecture du communisme et de ses transformations.

  • Titre traduit

    Chinese sociology facing society : from banishment to mobilization : a challenge for a social science


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Introduced in China by the end of the ninetieth century, but banished for almost three decades by the communist power, sociology rises from its ashes at the end of the 1970s in the new context of economic reforms. The rebirth of this social science in China provides a critical case for the study of the political, social and intellectual conditions essential for the discipline. To understand this reconstitution process, my object is first to redraw the introduction of sociology in China before its suppression in the 1950s. Taking into account this historical background, I present, in a second part, both the theoretical and methodological challenges that are at stake in this research. The third part provides enlightenments on the complex and contradictory process towards scientific normativity, through debates such as the sinisation of sociology, the role of experts and intellectuals, as well as the commitment patterns of different generations of sociologists and their interactions with various social actors, especially with political elites. I finally examine, in a fourth part, how Chinese sociologists have formulated and answered some central interrogations which define the "sociologies of modernity" and deal with the construction of modern societies - the issue of "social differenciation" as well as the relations between State and society in China reform-era – while providing, through the issue of the "transition" of Chinese society, a new understanding of communism and of its transformations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (388 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 305-325. Annexes

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.