Connaissances précoces sur la structure du mot et apprentissage de la lecture

par Monique Sanchez

Thèse de doctorat en Psychologie cognitive

Sous la direction de Annie Magnan et de Jean Écalle.

Soutenue en 2008

à Lyon 2 .


  • Résumé

    L'apprentissage de la lecture s'effectue en lien avec le développement d'un grand nombre d'habiletés linguistiques. Le premier objectif de cette recherche était d'examiner le rôle des connaissances phonologiques, morpho-dérivationnelles et orthographiques précoces. Une étude longitudinale conduite de la GSM au CE1 confirme le rôle majeur des habiletés phonologiques, "actuelles" et "antérieures", dans les compétences en reconnaissance de mots écrits des enfants de CP et CE1. Les analyses de régression pas à pas mettent en évidence aussi la contribution de connaissances morphologiques et orthographiques acquises implicitement, ceci après contrôle de la part de variance expliquée par l'âge, l'intelligence non verbale et les niveaux lexical et phonologique des enfants. A chacun des niveaux d'expertise en lecture (CP et CE1), le poids relatif des divers types de connaissances testées varie selon le type d'items à lire (mots ou pseudomots). Ces données sont compatibles avec les modélisations interactives d'apprentissage de la lecture. Le second objectif de ce travail était de caractériser les déficits d'un échantillon d'enfants dysphasiques sur ces différents aspects des connaissances relatives à la structure du mot. Une étude comparative avec des enfants au développement normal du langage appariés en âge lexique (6. 9 ans) met en évidence des difficultés spécifiques sur une tâche phonologique ("extraction de syllabes communes") et sur plusieurs tâches morphologiques. Les résultats sont discutés en référence à l'hypothèse d'une limitation des capacités de traitement de l'information et la question d'un développement atypique des connaissances implicites vs explicites est posée.

  • Titre traduit

    Early knowledge about word structure and learning to read


  • Résumé

    Reading acquisition is linked to the development of a wide range of linguistic skills. The first purpose of this research was to investigate the role of early phonological, derivational-morphological and orthographic knowledge in learning to read. A longitudinal study carried out from kindergarten to 2nd grade confirms the central role of "current" and "prior" phonological skills in 1st and 2nd graders' word recognition ability. Results from stepwise regression analyses provide evidence of an additional contribution of morphological and orthographic knowledge acquired through implicit learning, after accounting for variance due to children's chronological age, non-verbal intelligence, vocabulary level and phonological skills. At every level of reading (Grade 1 and Grade 2), the respective influence of each aspect of knowledge we have measured varies as a function of the category of items to read (words or pseudowords). These findings are consistent with interactive models of reading acquisition. The second aim of this research was to characterize the deficits of a sample of children with Specific Language Impairment (SLI) on these different aspects of knowledge about word structure. A comparative study with normally developing children matched for lexical age (6. 9 years) brings into light some specific difficulties on a phonological task ("common syllable detection task") and on several morphological tasks. The results are discussed with reference to the hypothesis of a reduced processing capacity and the issue of an atypical development of implicit vs explicit learning is raised.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (372 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 318-351

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.