Déconstruction et reconstruction de l'image mythologique chez le peintre de Darius

par Thomas Morard

Thèse de doctorat en Langues, Histoire et Civilisation des mondes anciens

Sous la direction de Jean-Marc Moret.

Soutenue en 2008

à Lyon 2 , en partenariat avec Maison de l'Orient méditerranéen (Lyon) (autre partenaire) .


  • Résumé

    Un groupe de vases apuliens présentent, comme décor, deux frises superposées : celle du haut réservée aux divinités, celle du bas aux humains, c’est-à-dire aux héros du mythe. Ce type de composition n’a cessé d’intriguer les archéologues depuis le XIXe siècle. Plus grave : l’action, dans les deux bandeaux, semble inexistante, et les liens entre le haut et le bas ne se repèrent pas aisément. L’appellation de divinités spectatrices s’est assez tôt imposée pour les figures de la frise supérieure, tant il est vrai que ces entités divines paraissent détachées des préoccupations humaines. Parallèlement, l’apparente inaction des personnages du bandeau inférieur s’est révélé un véritable casse-tête pour certains interprètes. Ce type de décor s’est imposé dans les ateliers d’Italie méridionale : quelques peintres apuliens ont produit, dans la seconde moitié du IVe siècle av. J. -C. , les exemplaires les plus remarquables. Le Peintre de Darius a fait de ces deux bandeaux superposés une de ses spécialités. L’arbitraire, voire l’incohérence, règnent dans ces compositions, sans qu’on comprenne de prime abord pourquoi. Non seulement le nombre de divinités du registre supérieur varie de un à neuf, mais les identités choisies semblent aussi découler du libre arbitre des imagiers. Preuve en soit les images illustrant le même mythe, parfois de la main du même décorateur, et où cependant l’appareil divin est entièrement différent. Le but de cette thèse est de démonter le mécanisme des deux bandeaux, pour reconstruire le véritable fonctionnement de l’image. Notre visée sera d’abord de comprendre les raisons qui ont poussé les peintres de vases apuliens à choisir ce système de composition particulier. Mais pourquoi déconstruction ? Présenter un épisode mythologique, en supprimant toute action, en séparant radicalement les protagonistes, les dieux d’une part, les humains d’autre part, et en montrant les figures disposées les unes à côtés des autres, n’est-ce pas détruire l’image mythologique telle qu’on l’avait représentée depuis trois siècles ?

  • Titre traduit

    Deconstruction and Reconstruction of the Mythological Image in the Work of the Darius’ Painter


  • Résumé

    A group of apulian vases present as a decorum two superimposed friezes: the top frieze is solely devoted to the divinities, the bottom to humans, i. E. To the heroes of the myth. This composition has been constantly intriguing archeologists since the nineteenth century. More importantly the action in the two friezes seems inexistent and the links between the top and the bottom not are easily recognisable. The name of spectator divinities quickly established itself for the figures of the top frieze based on the fact that these divine entities seem detached from all human concerns. In addition the apparent inaction of the characters in the bottom frieze turned out to be a real puzzle for some interpreters. This type of decorum prevailed in workshops of southern Italy: some apulian painters produced in the second half of the forth century BC the most remarkable samples. The Painter of Darius made these superimposed friezes one of his specialities. These compositions are, at a first glance, ruled by chaos and incoherence without any obvious reason. Not only does the number of divinities from the top register vary from one to nine, but the identities chosen also seem to depend on the good will of the painters. For example the images illustrating the same myth are sometimes executed by the same decorator and yet show a completely different divine apparel. The aim of this thesis is to demonstrate the mechanism of these two friezes in order to reconstruct the true functioning of the image. Our target will first of all be to understand the reasons that pushed the painters of apulian vases to choose this particular composition system. But why are we interested in deconstruction? To present a mythological episode by ridding it of all action, by systematically separating the protagonists, the gods on one hand and the humans on the other, and by showing the figures placed next to each other, is that not itself a destruction of the mythological image as it has been represented for the past three centuries?

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par P. von Zabern à Mainz am Rhein

Horizontalité et verticalité : le bandeau humain et le bandeau divin chez le Peintre de Darius


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (236-69 p. ; 172 pl.)
  • Annexes : Bibliographie p.179-233

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2009 par P. von Zabern à Mainz am Rhein

Informations

  • Sous le titre : Horizontalité et verticalité : le bandeau humain et le bandeau divin chez le Peintre de Darius
  • Détails : 1 vol. (X-264 p.-120 p. de pl.)
  • ISBN : 978-3-8053-3965-0
  • Annexes : Bibliogr. p. 199-234. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.