Gaspard André (1840-1896), architecte à Lyon et en Suisse romande

par Gilbert Richaud

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de François Loyer.

Soutenue en 2008

à l'Université Lyon 2 .


  • Résumé

    L’œuvre de Gaspard André est aujourd’hui régulièrement citée parmi celles des maîtres de l’Éclectisme. D’origine suisse et de religion réformée, élève de l’École des Beaux-Arts de Lyon puis de celle de Paris dont il sera l’un des plus brillants représentants, André débute sa carrière à Lyon en 1872 avec des commandes d’édifices religieux (le temple de l’Église réformée, l’église Saint-Joseph au Brotteaux) suivies de celles du théâtre des Célestins et de la fontaine de la place des Jacobins. Dès 1882, une riche clientèle d’hommes d’affaires (É. Aynard, les Gillet, F. Mangini, H. Germain) lui confie la construction de leurs villas, de banques ou d’usines. Il sera simultanément un ardent promoteur des arts décoratifs assez vite chargé de positions officielles importantes. Les dernières années (1889-1896) sont marquées par une certaine forme de simplicité stylistique alors qu’il entame une seconde carrière en Suisse romande (Université de Lausanne). Son style est caractérisé par des ordonnances originales (écoles de la rue Tronchet) et des formules plastiques inédites (formes pures et dissymétriques des derniers projets). Plusieurs de ses écrits révèlent comment sa pensée a pu s’enrichir au contact des principales tendances de la deuxième moitié du XIXe siècle, et l’importance accordée alors à la réflexion et aux débats sur les origines du classicisme et ses transformations. À l’opposé, ses dernières œuvres et leur étonnante sobriété constructive et formelle – qui influencera vraisemblablement des architectes comme Tony Garnier ou Paul Cret –, nous révèlent parfaitement la nature des forces et des tensions qui ont favorisé l’émergence du Mouvement Moderne en Europe.

  • Titre traduit

    Gaspard André (1840-1896), architect in Lyons and in Switzerland


  • Résumé

    The work of Gaspard André features regularly nowadays amongst those of the masters of Eclecticism. Born into a Protestant family from Switzerland, a student of the École des Beaux-Arts in Lyons and later in Paris – where he would be one of the most brilliant amongst his peers - André began his career in Lyons in 1872, with commissions for religious buildings (the Protestant temple and the Church of Saint-Joseph). These were followed by further commissions for the Théâtre des Célestins and the fountain in the Place des Jacobins. From 1882 onwards, a wealthy clientele of businessmen (É. Aynard, the Gillets, F. Mangini, H. Germain) entrusted him with the task of building their villas, banks and factories. He would simultaneously be an ardent promoter of the decorative arts whilst he reached significant official positions. His final years (1889-96) were marked by a particular form of stylistic simplicity while he started a second new career in Switzerland (University of Lausanne). His style is characterised by unusual designs (schools in the Rue Tronchet) and never-before-seen plastic formulae (pure and asymmetric forms of his final projects). His writings reveal how his train of thought was enhanced by his close study of the main architectural trends of the second half of the 19th century, and the importance attached then, to the discussions and the debates on the origins of Classicism and its transformations. Conversely, his final works and their surprising constructive and formal sobriety – which have likely influenced architects like Tony Garnier or Paul Cret - clearly demonstrate the nature of the forces and tensions that favoured the emergence of the Modern Movement.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (1073 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 311-328. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.